- Publicité -


Si le RGPD marquait un moment décisif dans la protection des données des consommateurs, MiCA pourrait pointer vers une gestion responsable de la cryptographie

Si le RGPD marquait un moment décisif dans la protection des données des consommateurs, MiCA pourrait pointer vers une gestion responsable de la cryptographie

- Publicité -

Il y a eu beaucoup de bruit autour de la réponse du ministre des Finances Nirmala Sitaraman à une question récemment posée au Parlement sur la position du gouvernement indien sur les crypto-monnaies. Certains titres sont même allés jusqu’à suggérer qu’il y avait un nouveau plan pour interdire la crypto en Inde.

Selon ma lecture, la seule chose que révèle la réponse du ministre des Finances est que si la banque centrale indienne veut une interdiction des crypto-monnaies, toute législation pour la “régulation ou l’interdiction de la crypto” ne peut être efficace qu’après une collaboration internationale importante.

Un atout sans faille

C’est vrai. La cryptographie est un actif natif d’Internet qui n’est pas limité par des frontières géographiques. Pour transférer la cryptographie, on n’a pas besoin d’un pipeline ou d’un conteneur d’expédition. Une connexion Internet stable et une certaine connaissance élémentaire des services cryptographiques sont nécessaires pour permettre à n’importe qui dans le monde de transférer des actifs cryptographiques.

De plus, les crypto-actifs ne sont émis ou contrôlés par aucune entreprise. Il y a un peu plus de 19 millions de bitcoins en circulation à l’heure actuelle, sur l’offre totale plafonnée (d’où la rareté) de 21 millions de bitcoins. N’importe lequel des 75 millions de détenteurs de portefeuilles cryptographiques estimés pourrait posséder ces bitcoins, ou leurs fractions (appelées satoshis ou sats).

Comment alors réguler un actif financier aussi homogène ? Comment les régulateurs peuvent-ils surveiller les flux de capitaux entrant et sortant de leur juridiction ? Les réponses à ces questions nous mèneront à un cadre pour réglementer l’industrie de la cryptographie. Heureusement, un consensus mondial se dessine sur cet aspect.

En juin dernier, au milieu de toute l’attention portée à l’inflation et aux turbulences connexes sur les marchés des capitaux, le Parlement européen et le Conseil, les organes législatifs de l’Union européenne, sont parvenus à un accord provisoire sur la réglementation tant attendue de la cryptographie, à savoir la réglementation des marchés en Crypto-Actifs, ou MiCA.

Il a fallu deux ans de brainstorming et de négociations pour que l’Europe en arrive là. Mais avant d’analyser MiCA, il est important de comprendre pourquoi les réglementations européennes sont remarquables.

Le marché européen est deuxième derrière les États-Unis sur le plan économique et derrière l’Asie en termes de nombre d’internautes. Pourtant, l’Europe est la référence mondiale en matière de réglementation technologique. Le règlement général sur la protection des données, ou GDPR, publié pour la première fois en 2016 et mis en œuvre en 2018, a marqué un tournant dans la protection des données des consommateurs et de la vie privée non seulement en Europe mais dans le monde entier.

Le GDPR a introduit un cadre pour demander le consentement des utilisateurs et a introduit plusieurs règles progressistes telles que le droit à l’oubli. La Cour suprême de l’Inde a également statué que le droit à la vie privée est un droit fondamental et fait partie intégrante du droit à la vie et à la liberté.

Établir des normes

Maintenant, l’Europe nous montre la voie pour réglementer les actifs cryptographiques. Alors, comment la MiCA compte-t-elle réguler un actif non limité géographiquement ? Il propose de réglementer les services de crypto-actifs et les émetteurs de crypto-actifs. En réglementant ces entités, l’Europe entend fournir des normes de protection des consommateurs, de transparence et de gouvernance, quelle que soit la nature décentralisée de la technologie.

Par exemple, en vertu de la MiCA, les fournisseurs de services de crypto-actifs seront responsables en cas de perte des actifs des investisseurs et seront soumis aux réglementations européennes sur les abus de marché, y compris celles sur la manipulation de marché et les délits d’initiés.

Ensuite, MiCA va plus loin en proposant des réglementations spécifiques pour les pièces stables, les démarquant à juste titre des autres actifs cryptographiques. En vertu des règles proposées, les émetteurs de stablecoins – les jetons référencés par des actifs est le terme utilisé – sont soumis à un degré plus élevé de conformité et de déclaration. En vertu de la MiCA, les émetteurs de pièces stables doivent maintenir des réserves pour couvrir toutes les réclamations des pièces et doivent mettre en œuvre un processus de remboursement immédiat si et quand les détenteurs en demandent un.

L’exemple TerraUSD

C’est important. L’effondrement récent de TerraUSD, un stablecoin algorithmique qui n’avait pas de réserve adéquate et reposait principalement sur l’équilibre entre l’offre et la demande avec sa pièce sœur, Luna, avait causé des pertes importantes aux investisseurs particuliers et institutionnels. Si les lois proposées par l’Europe étaient en vigueur, les émetteurs de TerraUSD auraient dû maintenir une réserve de 1: 1, ce qui aurait empêché la panique bancaire qui a secoué le marché de la cryptographie.

Pour être clair, l’Europe a encore du chemin à parcourir pour mettre en œuvre ces règles proposées. Mais comme le GDPR l’a fait pour la protection des données, l’Europe a montré la voie à suivre pour réglementer la cryptographie d’une manière qui permet aux entreprises responsables et protège les utilisateurs. Il ne faudrait pas trop longtemps pour que d’autres nations emboîtent le pas.

Ashish Singhal est le co-fondateur et PDG de CoinSwitch

Rate this post
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici