Accueil Blockchain Crypto Un Canadien accusé d’avoir tenté de lever des bitcoins pour l’État islamique

Un Canadien accusé d’avoir tenté de lever des bitcoins pour l’État islamique

0
0
- Publicité -


Les autorités américaines ont accusé un homme de Toronto d’avoir utilisé la crypto-monnaie bitcoin et d’avoir créé des comptes GoFundMe pour tenter de collecter plus de 20 000 dollars américains pour le groupe terroriste État islamique.

Une plainte pénale américaine non scellée à New York décrit Khalilullah Yousef comme un citoyen canadien de 34 ans et l’un des quatre membres d’un complot terroriste présumé pour la collecte de fonds.

- Publicité -

M. Yousef a été arrêté par la police au Canada cette semaine et fait maintenant face à une offre d’extradition des États-Unis. Les trois autres suspects sont des citoyens américains arrêtés dans l’est des États-Unis et sont dans la vingtaine ou la trentaine.

Tous sont accusés d’avoir conspiré pour fournir un soutien matériel à l’État islamique (EI). Les autorités américaines affirment que les détectives ont dévoilé le complot en utilisant un informateur confidentiel pour espionner une discussion de groupe cryptée.

Dans cette discussion, qui a débuté au début de 2021, les participants auraient parlé de collecter des fonds pour soutenir le groupe terroriste – notamment en lançant des sites de financement participatif au nom de causes caritatives.

Mais l’intention ultime était d’aider l’EI à acheter des balles et des munitions, selon une déclaration sous serment de l’agent spécial du Federal Bureau of Investigation des États-Unis, Melissa Garcia.

Dans des documents judiciaires, elle déclare que plus de 25 000 dollars américains au total en fonds de crypto-monnaie ont été acheminés des conspirateurs vers un facilitateur anonyme de l’État islamique qui prétendait faire partie de «l’organisation centrale des médias» du groupe.

Le FBI affirme que la part du lion des fonds de crypto-monnaie donnés provenait du suspect canadien. Il est accusé d’avoir envoyé l’équivalent de 20 348 dollars américains en bitcoins lors de 26 transactions entre février 2021 et juillet 2022.

On ne sait pas comment M. Yousef a acquis l’argent. La plainte pénale indique qu’il a créé plusieurs pages GoFundMe où il a exhorté les donateurs à donner de l’argent sous prétexte, notamment pour “aider à collecter des fonds pour certaines familles dans le besoin pour l’Aïd”.

La plainte indique que M. Yousuf a attiré l’attention des autorités américaines après l’arrestation en mars 2021 d’un autre partisan présumé de l’EI. Les recherches du FBI sur les ordinateurs de ce suspect ont révélé “plus de 1 700 communications” impliquant M. Yousuf, selon la plainte pénale déposée devant le tribunal.

L’hiver dernier, lorsqu’Ottawa a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence, la ministre des Finances, Chrystia Freeland, a annoncé que le gouvernement fédéral prenait des mesures pour mieux surveiller les flux d’argent en ligne.

« Nous élargissons la portée des règles canadiennes de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme afin qu’elles couvrent les plateformes de financement participatif et les fournisseurs de services de paiement qu’elles utilisent. Ces changements couvrent toutes les formes de transactions, y compris les actifs numériques tels que les crypto-monnaies », avait-elle déclaré à l’époque.

Le gouvernement fédéral a donné plus de pouvoirs au Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada pour examiner les transactions importantes et suspectes.

Dans un communiqué, l’organisation a déclaré qu’elle ne pouvait pas commenter le nouveau cas américain. “FinTRAC n’a pas le droit de parler des informations qu’il a pu recevoir ou des renseignements financiers qu’il a pu ou non divulguer aux forces de l’ordre ou aux agences de sécurité nationale”, a déclaré la porte-parole Erica Constant.

GoFundMe a déclaré dans un e-mail qu’il était en pleine conformité avec toutes les règles et réglementations applicables : “Bien que nous ne commentions pas les enquêtes judiciaires en cours, les conditions d’utilisation de GoFundMe interdisent explicitement les activités qui soutiennent le terrorisme, et notre politique est de co- fonctionner avec des demandes formelles d’application de la loi », a déclaré le porte-parole Jalen Drummond.

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici