- Publicité -


Au cours d’un récent programme discutant des derniers efforts d’application du gouvernement liés à la crypto-monnaie, nous nous sommes entretenus avec Gary Alford, l’un des principaux agents de l’Internal Revenue Service (IRS) dans leurs efforts d’application de la cryptographie, Perry Carbone, chef du White Plains Office (US Attorney’s Office – SDNY) et Andy Cole, ancien directeur des enquêtes spécialisées chez HM Revenue & Customs au Royaume-Uni, sur la manière dont les investisseurs et les entreprises du secteur de la monnaie virtuelle devraient aborder les mesures d’exécution. Vous trouverez ci-dessous les principaux éléments à retenir de la conversation.

EXÉCUTION RENFORCÉE – ÉTATS-UNIS

- Publicité -
  • Il est temps d’agir. L’IRS et le ministère américain de la Justice (DOJ) collectent des données sur la monnaie virtuelle à un rythme rapide tout en avançant simultanément dans les affaires d’application des lois fiscales. L’IRS Criminal Investigation (IRS-CI) a réorganisé ses opérations pour «faire plus avec moins» en utilisant une nouvelle technologie qui accélérera les enquêtes.
  • L’IRS a rejoint ses unités civiles et criminelles dans le cadre de l’opération Hidden Treasure et travaille également avec des experts externes dans le domaine, ainsi qu’avec des agents de l’IRS spécialement formés, pour poursuivre l’application des lois fiscales et la saisie d’actifs. Il s’agit d’un point clé de l’ordre du jour du département américain du Trésor et ne disparaîtra pas de sitôt.
  • L’IRS et le DOJ s’attendent à ce que les contribuables se conforment volontairement à toutes les obligations fiscales. Malgré ces développements récents, les contribuables américains ont des conseils limités de l’IRS. S’engager avec des professionnels de l’espace pour évaluer les options disponibles pour les contribuables est crucial pour évaluer et assurer le respect de la fiscalité des crypto-monnaies.

EFFORTS INTERNATIONAUX

  • La collaboration mondiale n’a rien de nouveau, mais elle est maintenant à la hausse. Les agences du monde entier améliorent leur partage transfrontalier d’informations et de ressources pour enquêter de manière efficace et efficiente sur les délits fiscaux. Le J5, un élément important de cette collaboration mondiale, est prêt à mettre en commun certains des outils d’analyse de données les plus sophistiqués au monde afin que les renseignements puissent être filtrés, recherchés et/ou identifiés.
  • L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et son organe directeur commenceront probablement à exiger que les échanges de crypto-monnaie collectent des informations sur le devoir de vigilance à l’égard des clients. La fenêtre d’anonymat autour des transactions de crypto-monnaie s’est rapidement fermée ces dernières années.
  • Le Common Reporting Standard (CRS) mondial est en vigueur depuis 2017. Dans le cadre du CRS, les autorités fiscales de plus de 100 pays (y compris la plupart des «paradis fiscaux» traditionnels) échangent automatiquement des informations fiscales, de compte et de paiement entre elles afin de aider à la collecte des impôts et aux mesures d’exécution.

POUR LES PARTICULIERS

  • À l’avenir, l’élément « connaissance et volonté » nécessaire pour les affaires pénales sera beaucoup plus facile à prouver pour le ministère de la Justice, car la « question de la monnaie virtuelle » figure désormais en haut du formulaire 1040. L’emplacement principal de cette question est « un changeur de jeu » pour les poursuites fiscales pénales.
  • Les délits fiscaux liés aux crypto-monnaies ne sont plus des charges « ajoutées » à d’autres poursuites pénales, telles que les délits de stupéfiants ou de fraude. Le DOJ s’attend à engager des poursuites pénales indépendantes sur la crypto-monnaie et à porter ces poursuites au «niveau supérieur», y compris des poursuites pour des questions fiscales plus courantes.
  • Les personnes qui siègent au conseil d’administration pour le compte d’un fonds de capital-investissement peuvent être personnellement responsables du non-respect par une entreprise des exigences de conformité sous son contrôle.

POUR LES ENTREPRISES

  • Le DOJ a révisé ses directives relatives aux programmes de conformité et s’attend désormais à ce que les entreprises réévaluent l’efficacité de leurs programmes de conformité actuels. Ces programmes doivent être robustes, axés sur les données et répondre aux risques associés au modèle commercial de l’entreprise.
  • Les entreprises doivent évaluer de manière affirmative et continue leurs risques commerciaux et s’assurer que leurs programmes de conformité abordent chacun de ces domaines. Si une entreprise est dans le secteur de la crypto-monnaie, le risque de faciliter l’évasion fiscale est élevé et le programme de conformité de l’entreprise doit prendre en compte ce risque.
  • Au Royaume-Uni, le Criminal Finances Act 2017 érige en infraction pénale le fait qu’une entreprise n’empêche pas ses personnes associées de faciliter l’évasion fiscale. La loi s’applique aux sociétés et taxes britanniques et non britanniques. Le seul moyen de défense est celui où une entreprise peut prouver qu’elle a mis en place des procédures de prévention raisonnables.

Pour accéder à l’enregistrement complet du programme, cliquez ici.

[View source.]

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici