- Publicité -


Les nouvelles sanctions cryptographiques imposées par l’Union européenne devraient stimuler le développement du marché des actifs numériques du pays, selon un législateur russe. Anatoly Aksakov, qui préside la commission parlementaire des marchés financiers, pense que les Russes parviendront à contourner les restrictions. Pendant ce temps, les principales bourses auraient informé les utilisateurs russes que les échanges se poursuivaient.

Les Russes trouvent des moyens de contourner le montage des sanctions cryptographiques européennes, insiste un membre de la Douma

Cette semaine, l’UE a adopté son huitième train de sanctions contre la Russie, destiné à frapper son gouvernement, son économie et ses exportations d’énergie en réponse à la récente escalade du conflit militaire en Ukraine et à l’annexion des territoires ukrainiens. L’accès russe à la crypto-monnaie, considérée comme un outil pour contourner les restrictions financières et exporter la richesse, a également été ciblé.

- Publicité -
Les dernières sanctions de l'UE devraient stimuler le propre marché russe de la cryptographie, les échanges maintiennent les services
Anatoly Aksakov

Le Conseil de l’Union européenne a complètement interdit la fourniture de services de portefeuille, de compte et de garde cryptographiques aux résidents et entités russes. Cependant, selon un membre de haut rang du parlement russe cité par l’agence de presse Tass, la décision de l’UE pourrait en fait stimuler le développement du marché russe des actifs financiers numériques (DFA).

L’opinion a été exprimée par Anatoly Aksakov, chef de la commission des marchés financiers à la Douma d’Etat, la chambre basse du parlement russe. Il a été profondément impliqué dans les efforts récents visant à réglementer l’espace cryptographique du pays, y compris l’utilisation des monnaies numériques dans les règlements internationaux. Les autorités de Moscou discutent de la question depuis plus d’un an et envisagent un élargissement du cadre juridique qui couvre actuellement principalement les DFA avec un émetteur, comme les jetons.

La dernière série de sanctions de l’UE renforce les restrictions précédemment imposées. Plus tôt cette année, dans le cadre de son cinquième train de mesures approuvé un peu plus d’un mois après le lancement de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le bloc de 27 membres a limité uniquement les services de crypto-actifs «de grande valeur» pour les Russes et les organisations enregistrées en Russie – ceux pour les avoirs numériques dépassant 10 000 € en valeur fiduciaire (environ 11 000 $ à l’époque, moins de 10 000 $ maintenant).

Binance et Huobi commentent les dernières sanctions de l’UE, pas de nouvelles restrictions pour l’instant

«Des décisions similaires ont déjà été prises auparavant. Ils ont fermé les bureaux de représentation officiels de leurs échanges cryptographiques en Russie, mais de facto rien n’a changé. Il peut également y avoir un bureau dans l’espace virtuel, pas à une adresse à Moscou », a poursuivi Anatoly Aksakov, insistant sur le fait que les Russes peuvent facilement contourner les sanctions.

Alors que le plus grand échange cryptographique au monde, Binance, s’est partiellement conformé aux exigences antérieures de l’UE, n’autorisant que les retraits dans le cas de soldes de comptes russes supérieurs à 10 000 €, il a maintenant déclaré aux utilisateurs qu’il n’avait pas introduit de nouvelles restrictions, a révélé Bits.media dans un rapport. . Une autre plate-forme majeure, Huobi, a déclaré qu’elle “continue de soutenir le commerce stable des utilisateurs russes”.

Parmi les sept principaux échanges cryptographiques mondiaux populaires auprès des Russes, qui incluent également Bybit, Coinbase, FTX, Kraken et Gate.io, aucun n’est un “résident européen” pour lequel les mesures seraient obligatoires, a noté le média russe sur la cryptographie. Les experts russes en crypto, comme le PDG de la plateforme bancaire defi Indefibank, Sergey Mendeleev, doutent que la plupart des sociétés de crypto se précipitent pour mettre en œuvre la résolution de l’UE ciblant tous les utilisateurs russes, car cela entraînerait une perte de positions sur le marché.

« De plus, ces restrictions stimulent le développement des technologies modernes. L’année prochaine sera l’année des actifs financiers numériques en Russie, vous verrez », a promis Aksakov. Ses commentaires interviennent alors que les députés de la Douma d’État se préparent à adopter une nouvelle loi «sur la monnaie numérique» conçue pour réglementer les actifs cryptographiques décentralisés tels que le bitcoin et leur utilisation dans les paiements cryptographiques transfrontaliers entre les entreprises russes et leurs partenaires étrangers.

Mots clés dans cette histoire

Aksakov, Binance, conflit, Crypto, Crypto-monnaies, Crypto-monnaie, Développement, DFA, Actifs numériques, UE, européen, Union européenne, Échanges, Huobi, invasion, législateur, légalisation, Règlement, restrictions, Russie, russe, Sanctions, Ukraine, Guerre

Pensez-vous que les dernières sanctions de l’UE vont accélérer la légalisation des crypto-monnaies en Russie ? Partagez vos réflexions sur le sujet dans la section des commentaires ci-dessous.

5D400B11 D5DE 4922 B4F4 0F7229C37672

Lubomir Tassev

Lubomir Tassev est un journaliste d’Europe de l’Est féru de technologie qui aime la citation de Hitchens : “Être écrivain, c’est ce que je suis, plutôt que ce que je fais.” Outre la crypto, la blockchain et la fintech, la politique internationale et l’économie sont deux autres sources d’inspiration.

Crédits image: Shutterstock, Pixabay, Wiki Commons, ID1974

Clause de non-responsabilité: Cet article est à titre informatif uniquement. Il ne s’agit pas d’une offre directe ou d’une sollicitation d’une offre d’achat ou de vente, ni d’une recommandation ou d’une approbation de tout produit, service ou entreprise. Bitcoin.com ne fournit pas de conseils d’investissement, fiscaux, juridiques ou comptables. Ni la société ni l’auteur ne sont responsables, directement ou indirectement, de tout dommage ou perte causé ou présumé avoir été causé par ou en relation avec l’utilisation ou la confiance accordée à tout contenu, bien ou service mentionné dans cet article.



Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici