- Publicité -


La nouvelle que la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis (EAU), Emirates, prévoit d’accepter le paiement en Bitcoin est un moment décisif dans l’ambition de longue date du pays de devenir l’un des principaux centres d’actifs numériques au monde. Lors d’un salon professionnel en mai, le directeur de l’exploitation d’Emirates, Adel Ahmed Al-Redha, a déclaré publiquement que la compagnie aérienne accepterait non seulement le Bitcoin, mais qu’elle prévoyait d’ajouter des objets de collection NFT sur le site Web de la société pour le commerce.

Cette décision est un message clair au monde que les efforts des Émirats arabes unis pour devenir l’un des pays les plus favorables au numérique au monde prennent de l’ampleur. L’émirat de Dubaï a encore démontré cet engagement envers l’économie virtuelle avec des avancées réglementaires historiques au début de 2022, en contraste frappant avec les approches plus prudentes de certains régulateurs occidentaux.

- Publicité -

Le déménagement cryptographique opportun de Dubaï

L’accent mis par Dubaï sur les actifs numériques et la crypto-monnaie signifie que l’émirat est bien placé pour capitaliser sur la croissance massive du secteur. L’investissement total en capital-risque dans les start-ups de crypto et de blockchain a dépassé 30 milliards de dollars, avec plus de 10,5 milliards de dollars au cours du seul dernier trimestre de 2021, selon le rapport 2022 de Gemini sur l’état mondial de la cryptographie. La capitalisation boursière des crypto-monnaies a atteint près de 3 milliards de dollars en 2021 et Bitcoin a atteint un niveau record de plus de 65 000 dollars, faisant de la crypto la classe d’actifs la plus performante des dix dernières années, selon le rapport.

En février 2022, Dubaï a annoncé un cadre réglementaire pour les actifs virtuels, y compris les crypto-monnaies, dans ce que beaucoup considèrent comme la tentative accélérée de l’émirat de devenir un centre d’actifs numériques de premier plan. En outre, un nouvel organisme de réglementation, la Virtual Assets Regulation Authority (VARA) de Dubaï, a été créé. En mai 2022, VARA est devenu le premier régulateur à être présent dans le métaverse avec la création de son siège social métavers. La présence virtuelle de VARA servira de canal principal pour engager les fournisseurs mondiaux de services d’actifs virtuels afin de lancer des applications, d’accueillir de nouveaux titulaires de licence, de partager leur expertise et de favoriser l’interopérabilité mondiale.

Alors que le nouveau cadre réglementaire est conçu pour augmenter les investissements directs étrangers (IDE) dans le secteur de la cryptographie, l’attractivité ultime des Émirats arabes unis en tant que centre d’investissement dans la cryptographie dépendra des détails contenus dans le cadre lorsqu’il sera disponible, selon Caroline Malcolm, responsable de la politique internationale de la plateforme d’analyse cryptographique Chainalysis. “Ce qui est clair, c’est une sorte de message descendant sur un cadre holistique avec le soutien du gouvernement pour pouvoir le faire – et c’est essentiel pour progresser”, dit-elle.

Malcolm utilise l’exemple du règlement proposé par la Commission européenne sur les marchés des actifs cryptographiques pour poser la question de savoir si ce type de modèle de réseau de supra-licence peut s’appliquer aux Émirats arabes unis. “Nous ne savons pas encore si une entreprise qui investit aux EAU aura des droits de passeport pour opérer dans tous les États des EAU ou si elle a le droit d’offrir des services dans d’autres parties de la région”, dit-elle.

La clarté de la réglementation stimule les IDE cryptographiques de Dubaï

Après les annonces réglementaires aux Émirats arabes unis en février 2022, l’échange cryptographique Bybit a annoncé son intention de déplacer son siège social de Singapour à Dubaï. En outre, l’échange de crypto Crypto.com a lancé une campagne d’embauche agressive dans l’émirat et l’échange de crypto controversé Binance a annoncé son intention d’installer son siège régional à Dubaï. Binance en particulier est devenu le test décisif pour déterminer à quel point une économie est ouverte au développement d’un écosystème de crypto-monnaie. Les IDE provenant des expansions transfrontalières de Binance sont devenus un problème polarisant parmi les régulateurs mondiaux. En mai 2022, la France a accordé à l’échange cryptographique une licence pour opérer dans le pays, tandis que les régulateurs américains et britanniques mènent des enquêtes en cours sur la conduite financière de l’entreprise.

Malcolm voit un changement dans l’accent mis par les Émirats arabes unis sur la conformité et accueille favorablement les propositions de cadre réglementaire. Elle prévient cependant que l’autorité de régulation financière de Dubaï doit accorder une attention particulière à la conformité dans le cadre du nouveau cadre cryptographique. “Le message est clair que c’est ce qu’ils ont l’intention de faire”, dit-elle. Cependant, pour attirer des entreprises, les juridictions doivent s’être fortement engagées à se conformer.

L’investissement intérieur de Binance est une étape importante dans la candidature de l’émirat à la suprématie mondiale de la cryptographie, déclare Mohamed Al Nuwais, analyste commercial chez Deloitte. Lorsque Binance ouvrira ses nouveaux bureaux à Dubaï, il deviendra le plus grand échange de crypto-monnaie au Moyen-Orient. Al Nuwais dit que Binance et d’autres échanges, dont FTX, Kraken, Crypto.com et ByBit, se sont tous engagés à investir à Dubaï. L’effet d’entraînement sera que Dubaï commencera à attirer les meilleurs talents mondiaux, permettant à un écosystème crypto de se développer. “Ajoutez à cela la stratégie de blockchain des Émirats arabes unis et vous voyez que nous sommes une nation qui prospère grâce à l’innovation”, déclare Al Nuwais.

Conformément à cette focalisation nationale sur l’innovation et ses aspirations économiques futuristes, Dubaï a pleinement adopté le concept de métaverse, établissant une ville jumelle numérique dans un monde virtuel appelé One Human Reality.

Selon Al Nuwais, toutes ces innovations trouvent leur place chez l’un des trois principaux acteurs de Dubaï dans l’écosystème de la cryptographie. Il s’agit de la zone franche du Dubai World Trade Center, où Binance installera son siège social au Moyen-Orient ; Dubai International Financial Centre, une zone franche de centre financier créée en 2004 ; et le Dubai Multi Commodities Centre, créé en 2002 en tant que plaque tournante du commerce mondial des matières premières.

Bien qu’Al Nuwais connaisse une croissance énorme et une adoption massive de la crypto à Dubaï, il dit que la monnaie “a encore besoin de temps”. Dubaï n’a pas encore pleinement déployé sa monnaie numérique de banque centrale (CBDC) et Al Nuwais y voit un test clé pour l’argent numérique de l’émirat dans son ensemble. La CBDC des Émirats arabes unis s’est classée septième au niveau mondial dans l’indice mondial des CBDC de PwC et dans l’aperçu des pièces stables 2022. La banque centrale du pays explore et teste actuellement la possibilité d’émettre une CBDC de gros.

Avec la volonté politique et la clarté réglementaire récemment annoncée, qui attirent déjà les crypto-IDE, l’émirat de Dubaï parie dur sur la poursuite de l’intérêt des entreprises et des consommateurs mondiaux pour les crypto-monnaies. Alors que de nombreux régulateurs nationaux ont hésité face à la volatilité et aux défis réglementaires que présentent les crypto-monnaies, Dubaï, semble-t-il, relève ces défis de front.



Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici