MONTRÉAL, le 3 mai 2021 / CNW Telbec / – Au milieu de la frénésie spéculative actuelle entourant les crypto-monnaies et autres actifs cryptographiques, l’Autorité des marchés financiers (l ‘«AMF») met une fois de plus en garde les Québécois sur les risques excessivement élevés qui y sont associés.

Les offres initiales de crypto-monnaie, communément appelées ICO (Initial coin offerings), sont des investissements très risqués et très volatils qui existent dans un environnement qui les rend vulnérables à la manipulation et à la fraude.

Les pièces sont créées à l’aide d’une technologie facilement accessible et sont facilement commercialisées sur des bourses décentralisées, sans aucune intervention ou autorisation d’un tiers. Par exemple, de nombreux ICO sont lancés sur Ethereum, une blockchain décentralisée ouverte à tous et dont l’utilisation n’est pas réglementée. Il suffit d’une recherche rapide sur Internet pour trouver des sites qui expliquent comment créer des pièces et comment les rendre disponibles en quelques minutes pour échanger sur une blockchain.

Cette situation favorise la prolifération des pièces sur Internet dont les promoteurs attirent les investisseurs en leur promettant d’énormes retours sur les projets d’investissement. Beaucoup de ces pièces sont disponibles sur des plates-formes décentralisées, telles que Uniswap, qui fonctionnent sans aucune intervention humaine. Des efforts vigoureux sont déployés par l’AMF et son équipe de cybersurveillance pour détecter les projets frauduleux à un stade précoce. Cependant, la taille massive d’Internet et l’utilisation des réseaux sociaux, y compris les applications de messagerie instantanée qui permettent la création de groupes de discussion privés, signifient qu’il est souvent impossible pour les régulateurs d’intervenir à titre préventif.

N’oubliez pas: les personnes ou les entreprises qui envisagent de lever des capitaux par le biais d’actifs cybernétiques doivent se conformer aux exigences réglementaires applicables aux valeurs mobilières et aux dérivés. Ne pas le faire pourrait entraîner des poursuites ou des sanctions. L’AMF demande donc à ceux qui envisagent une ICO de se renseigner sur leurs obligations légales et de s’assurer qu’ils respectent la réglementation applicable.

En outre, les particuliers ou les entreprises qui exploitent des plates-formes qui négocient des actifs cryptographiques qui sont des titres ou des dérivés, ou qui négocient des droits contractuels ou des réclamations sur des crypto-ânes sous-jacents tels que le bitcoin ou l’éther, sont également soumis à la réglementation sur les valeurs mobilières et les produits dérivés. Là encore, le non-respect de ces réglementations pourrait entraîner des poursuites et des sanctions.

L’AMF exhorte le public – en particulier les jeunes, dont beaucoup semblent actuellement attirés par des projets promettant de gros profits rapides – à faire preuve d’une extrême prudence lors de l’examen des crypto-monnaies. Malheureusement, de tels projets se révèlent souvent être des escroqueries ou, au mieux, des investissements à risque excessif.

L’Autorité des marchés financiers est l’organisme de réglementation et de surveillance du secteur financier québécois.

Informations :

Journalistes seulement:
Sylvain Théberge: 514940-2176

Centre d’information:
Québec: 418525-0337
Montréal: 514395-0337
Autres régions: 1877525-0337

Site Web: www.lautorite.qc.ca

Twitter : @lautorite
LinkedIn: Autorité des marchés financiers (Québec)

SOURCE Autorité des marchés financiers

Cision

Cision

Voir le contenu original: http://www.newswire.ca/en/releases/archive/May2021/03/c3363.html



Leave a Reply