- Publicité -


WPOULE GARY GENSLER a pris la tête de la Securities and Exchange Commission des États-Unis (SECONDE) en avril, il aurait pu sembler plutôt crypto-friendly. Quelques mois seulement auparavant, il avait enseigné un cours sur les crypto-monnaies au Massachusetts Institute of Technology ; il a déclaré que l’innovation associée au bitcoin serait un “catalyseur de changement” dans la finance. Pourtant, s’exprimant lors du Forum sur la sécurité d’Aspen le 3 août, il a probablement anéanti les espoirs des mordus de crypto. Il a signalé qu’il chercherait à renforcer la police de la crypto-sphère, qu’il a décrite comme “en proie à la fraude, aux escroqueries et aux abus”.

- Publicité -

M. Gensler a offert la vision la plus étoffée à ce jour de la façon dont le SECONDE pourrait réglementer les crypto-monnaies. Ces jetons, a-t-il dit, n’étaient pas un moyen d’échange mais “des réserves de valeur hautement spéculatives”. Cela en soi n’était pas un problème – les investisseurs devraient être laissés au jeu s’ils le souhaitent. Mais les parieurs n’ont souvent pas pu accéder à des « informations rigoureuses, équilibrées et complètes », ce qui signifie que beaucoup d’entre eux pourraient être blessés.

Cela appelle à une plus grande protection des investisseurs, qui se répartissent en trois grands compartiments. La première concerne ce que SECONDE le fait déjà. Le régulateur revendique la compétence sur les actifs cryptographiques qu’il définit comme des titres ; les émetteurs de ceux-ci doivent fournir des informations et se conformer à d’autres règles. Le SECONDELa définition de s utilise un certain nombre de critères, dont le « test de Howey », qui demande si les investisseurs ont une participation dans une entreprise commune et sont amenés à s’attendre à des bénéfices des efforts d’un tiers. Le bitcoin et l’éther, les deux plus grosses crypto-monnaies, ne répondent pas à ce critère (ce sont des matières premières, selon la loi américaine). Mais M. Gensler pense que, parmi les 1 600 jetons avec au moins 1 million de dollars de capitalisation boursière, un bon nombre comptent probablement comme des titres et ne suivent pas les règles. Ceux-ci, a-t-il dit, peuvent inclure des pièces stables, des monnaies virtuelles liées à de la monnaie conventionnelle, dont certaines peuvent représenter une participation dans une plate-forme cryptographique. M. Gensler a demandé au Congrès plus de personnel pour les surveiller.

Le deuxième volet couvre les travaux en cours : les domaines dans lesquels l’équipe de M. Gensler réfléchit à la manière de traiter les nouveaux produits mis sur le marché. Pendant des mois le SECONDE s’est assis sur les demandes de bitcoin ETFs et produits connexes, déposés par de grands noms de Wall Street comme Goldman Sachs et Fidelity. M. Gensler a laissé entendre que, pour être approuvés, ceux-ci pourraient devoir se conformer aux lois plus strictes régissant les fonds communs de placement. Les restrictions pourraient s’avérer trop coûteuses et rigides pour les entreprises souhaitant inscrire des véhicules. (M. Gensler a signalé une ouverture à ETFse concentre sur les contrats à terme sur bitcoins qui se négocient sur le Chicago Mercantile Exchange.)

Le dernier seau comprend de nouveaux pouvoirs que le SECONDE cherchera auprès du Congrès afin d’éviter que les transactions et les produits « tombent entre les fissures réglementaires ». M. Gensler s’intéresse principalement aux plateformes engagées dans le commerce ou le prêt de crypto ainsi que dans la finance décentralisée (DeFi), où les contrats intelligents reproduisent les transactions financières sans intermédiaire de confiance. Certains d’entre eux, a-t-il dit, peuvent héberger des jetons qui devraient être réglementés comme des valeurs mobilières ; d’autres pourraient être criblés d’escroqueries.

M. Gensler n’est pas le premier à durcir la crypto, bien que son attaque soit peut-être la plus complète. D’autres responsables se sont principalement concentrés sur les pièces stables, qui soutiennent leur émission avec des tas d’actifs conventionnels. Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, a laissé entendre que ceux-ci devraient être réglementés comme des fonds du marché monétaire ou même des banques. Janet Yellen, la secrétaire au Trésor des États-Unis, a appelé à l’adoption rapide de règles. Le shérif est peut-être devant, mais la cavalerie n’est pas loin derrière.

Cet article est paru dans la section Finance & economics de l’édition imprimée sous le titre “Here comes the sheriff”

Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici