- Publicité -


En octobre, Coinsquare, basée à Toronto, est devenue la première entreprise de trading de crypto à obtenir l’enregistrement des courtiers auprès de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM). Cela signifie beaucoup, car les fonds des investisseurs de Coinsquare bénéficient désormais de la sécurité du Fonds canadien de protection des investissements en cas d’insolvabilité, tandis que la bourse est tenue de déclarer régulièrement sa situation financière.

Cette actualité nous rappelle les particularités de la réglementation canadienne de la crypto. Alors que le pays maintient toujours un processus assez strict d’octroi de licences aux fournisseurs d’actifs virtuels, il dépasse les États-Unis voisins dans ses expériences avec les fonds négociés en bourse crypto (ETF), les investissements des fonds de pension et les efforts de monnaie numérique de la banque centrale (CBDC).

- Publicité -

Une ère de revendeurs restreints

Coinsquare, qui se trouve être la plate-forme d’échange d’actifs cryptographiques la plus ancienne au Canada, bénéficie de son nouveau statut juridique car aucun de ses concurrents ne peut actuellement se vanter de la même assise juridique. Au moment de la publication, tous les autres joueurs locaux doivent avoir le statut de « courtier d’exercice restreint », signalant qu’ils ont fait leur offre d’inscription et attendent maintenant la décision de l’OCRCVM.

Les lignes directrices pour les plateformes de négociation de crypto-actifs ont été introduites par l’OCRCVM et les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) en 2021. Elles obligent les entreprises de cryptographie traitant des jetons de sécurité ou des contrats de cryptographie à s’inscrire en tant que « courtiers en placement » ou « marchés réglementés ».

Toutes les entreprises locales ont bénéficié d’une période transitoire de deux ans, au cours de laquelle elles doivent entamer le processus d’enregistrement et, dans certains cas, obtenir l’enregistrement temporaire de « distributeur restreint ».

La liste des “revendeurs restreints” qui ont bénéficié d’une période d’allégement de deux ans pour opérer dans le cadre du processus d’enregistrement en cours est plutôt courte et comprend principalement des entreprises locales, telles que Coinberry, BitBuy, Netcoins, Virgo CX et autres. Ces entreprises bénéficient toujours du droit de faciliter l’achat, la vente et la détention d’actifs cryptographiques, mais ce qui les attend est la procédure de conformité stricte nécessaire pour poursuivre leurs opérations après 2023. Par exemple, Coinsquare a dû obtenir une police d’assurance qui comprend un avenant des pertes d’actifs cryptographiques et financer un compte en fiducie maintenu dans une banque canadienne.

Les procureurs ont surveillé de près tout manquement. En juin 2022, la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO) a imposé des sanctions financières à Bybit et KuCoin, alléguant une violation des lois sur les valeurs mobilières et exploitant des plateformes de négociation d’actifs cryptographiques non enregistrées. Il a obtenu des ordonnances interdisant à KuCoin de participer aux marchés des capitaux de la province et infligeant une amende de plus de 1,6 million de dollars à la bourse.

Le pays des expériences

En même temps, il y a des cas d’adoption au Canada qui semblent radicaux aux États-Unis. Par exemple, il existe des dizaines d’ETF cryptographiques à investir dans le pays, tandis que Grayscale doit encore mener la bataille judiciaire avec la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis pour obtenir le droit de lancer son premier ETF.

Le premier ETF Bitcoin (BTC) au monde pour les investisseurs individuels a été approuvé par l’OSC pour Purpose Investments en 2021. L’ETF Purpose Bitcoin accumule environ 23 434 BTC, ce qui est en fait un symptôme important du marché baissier. En mai 2022, il détenait environ 41 620 BTC. La sortie majeure de l’ETF Purpose Bitcoin s’est produite en juin, lorsqu’environ 24 510 BTC, soit environ 51 % de ses actifs sous gestion, ont été retirés par les investisseurs en une seule semaine.

Récent: l’effondrement de FTX pourrait changer définitivement les normes de gouvernance de l’industrie de la cryptographie

Une autre percée dans l’adoption de la cryptographie au Canada a éclaté lorsque les plus grands fonds de pension du pays ont commencé à investir dans les actifs numériques. En 2021, la Caisse de Dépôt et Placement du Québec — l’une des plus importantes caisses de retraite de la province francophone du Québec — a investi 150 millions de dollars dans Celsius Network.

Le même mois, le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario a annoncé son investissement de 95 millions de dollars dans FTX. Malheureusement, cette nouvelle n’a pas bien vieilli car les deux sociétés se sont effondrées depuis et les deux fonds de pension ont dû radier leurs investissements. Peut-être, dans cette optique, l’avertissement du Département américain du travail aux employeurs contre l’utilisation de fonds de pension qui incluent Bitcoin ou d’autres crypto-monnaies semble-t-il désormais une précaution prudente.

En raison de son climat froid, de son approvisionnement en électricité bon marché et de sa réglementation sur la lumière, le Canada figure parmi les principales destinations mondiales pour l’extraction de cryptomonnaies. En mai 2022, il représentait 6,5 % du taux de hachage BTC mondial. Cependant, cet automne, la société de gestion de l’électricité dans la province canadienne de Québec, Hydro-Québec, a demandé au gouvernement de libérer la société de son obligation d’alimenter les mineurs de crypto dans la province. Selon le raisonnement, la demande d’électricité au Québec devrait croître au point que l’alimentation de la crypto mettra la pression sur le fournisseur d’énergie.

Le développement de la CBDC est une autre direction dans laquelle le Canada évolue plus rapidement que son voisin du sud. En mars 2022, la Banque du Canada a lancé un projet de recherche de 12 mois axé sur la conception du dollar numérique canadien en collaboration avec le Massachusetts Institute of Technology.

En octobre, la Banque du Canada a publié un rapport de recherche et a proposé plusieurs archétypes particuliers de CBDC comme utiles pour organiser « les conceptions possibles de CBDC ». Alors qu’en mars, «aucune décision n’avait été prise sur l’opportunité d’introduire une CBDC au Canada», le récent amendement budgétaire du pays contient une petite section sur «Lutter contre la numérisation de l’argent». Dans le communiqué, le gouvernement a déclaré que des consultations avec les parties prenantes sur les monnaies numériques, les pièces stables et les CBDC seraient lancées le 3 novembre, bien que les parties prenantes exactes qui seront engagées restent floues.

Le clivage partisan

La discussion sur ce qui aurait pu devenir le cadre juridique officiel du Canada pour la cryptographie – le projet de loi C-249 – a montré une forte division partisane autour du sujet. Un projet de loi pour “l’encouragement de la croissance du secteur des crypto-actifs” a été déposé à la Chambre des communes en février 2022 par un membre du parti conservateur et ex-ministre Michelle Garner. Le législateur a proposé que le ministre des Finances du Canada consulte des experts de l’industrie pour élaborer un cadre réglementaire visant à stimuler l’innovation autour de la cryptographie trois ans après l’adoption du projet de loi.

Malgré le soutien exprimé de la communauté crypto locale, le projet de loi n’a pas rencontré beaucoup d’approbation parmi les autres législateurs. Au cours de la deuxième lecture du 21 au 23 novembre, des membres d’autres partis politiques, y compris le parti libéral au pouvoir, ont fustigé à la fois la proposition et le parti conservateur en les accusant de promouvoir le «système de l’argent noir», et le stratagème de Ponzi et la faillite des retraités et comme en conséquence, C-249 est maintenant officiellement enterré.

Alors que Michelle Garner a présenté le projet de loi, le chef du Parti conservateur, Pierre Poilievre, a pris le dessus. Ancien ministre de l’Emploi et du Développement social, Poilievre a plaidé pour plus de liberté financière grâce aux jetons, aux contrats intelligents et à la finance décentralisée. Plus tôt cette année, il a exhorté le public canadien à voter pour lui en tant que chef afin de «faire du Canada la capitale mondiale de la blockchain».

Les prochaines élections générales au Canada sont prévues pour 2025, et compte tenu de l’échec de C-249 et de l’état général du marché, il est peu probable que Poilievre et les conservateurs obtiennent un large soutien au Parlement pour leurs efforts pro-crypto jusqu’à ce moment-là. Actuellement, le Parti conservateur ne détient que 16 sièges sur 105 au Sénat et 119 sur 338 à la Chambre des communes.

Et après

Du point de vue de la plate-forme de négociation, l’industrie s’efforce de relever des défis spécifiques, a déclaré à Cointelegraph Julia Baranovskaya, responsable de la conformité et cofondatrice de NDAX, basée à Calgary.

La majorité des intervenants de l’industrie aimeraient voir « des lignes directrices claires et une approche fondée sur les risques ». À l’heure actuelle, la majorité des autorités de réglementation au Canada ont choisi d’appliquer les règles et règlements existants du secteur financier conçus et mis en œuvre pour le secteur financier traditionnel.

Cependant, Baranovskaya a souligné que ces dernières années, les régulateurs ont engagé un dialogue plus étroit avec l’industrie de la cryptographie. La Securities Commission a créé un bac à sable et encouragé les plates-formes de négociation d’actifs cryptographiques et les types d’entreprises innovantes proposant des instruments financiers alternatifs à rejoindre. L’OCRCVM a également mené un dialogue avec les participants de l’industrie pour mieux comprendre les modèles d’affaires et déterminer comment le cadre actuel peut leur être appliqué.

Récent: les mineurs de Bitcoin se tournent vers un logiciel pour aider à équilibrer le réseau texan

Mais, les défis du cadre réglementaire fragmenté et le manque de réglementations spécifiques aux actifs cryptographiques sont toujours là. La plupart des réglementations existantes sont basées sur le produit, mais avec l’évolution constante de l’espace cryptographique, l’approche basée sur le produit “restera toujours à quelques pas en arrière”. Selon les mots de Baranovskaya :

“Il est essentiel de comprendre la technologie sous-jacente des actifs cryptographiques et des produits De-Fi qui élaborent un régime réglementaire flexible mais robuste qui peut s’adapter à l’espace des actifs cryptographiques en constante évolution.”