- Publicité -


Les titulaires des marchés de capitaux et des banques ont du mal à endiguer les départs de personnel vers les entreprises de crypto-monnaie. La semaine dernière, le teneur de marché Citadel Securities (Citadel) a demandé une ordonnance restrictive contre Vincent Prieur, un ancien employé qui a rejoint la startup suisse Portofino.

La nouvelle société a été fondée par Leonard Lancia et Alex Casimo, anciens membres du personnel de Citadel Securities. Il y a deux semaines, il a annoncé un financement de 50 millions de dollars de Valar Ventures, Global Founders Capital et Coatue. Alors que Casimo et Lancia ont quitté Citadel Securities en mars 2021, Prieur est parti un an plus tard.

Dans des documents judiciaires, Citadel Securities a décrit Portofino comme “un concurrent clé qui a été formé de manière trompeuse et subreptice par d’autres anciens dirigeants de Citadel Securities”.

- Publicité -

Le départ de Prieur en mars de cette année aurait eu lieu quatre jours après le premier échange crypto systématique de Citadel Securities, qui a été exécuté en Asie. Cependant, Prieur a démissionné en janvier et a été invité à rester pour former son remplaçant. Citadel affirme que Prieur est un membre clé de l’équipe qui a développé sa stratégie de cryptographie, citant une évaluation annuelle des performances dans laquelle Prieur a déclaré que sa principale réalisation était de “diriger l’incursion de CitSec dans la cryptographie”.

Dans sa réponse d’opposition, l’équipe juridique de Prieur affirme qu’il “n’avait aucune responsabilité quelle qu’elle soit pour les questions liées à la crypto-monnaie”. Il affirme que son rôle dans la crypto-monnaie consistait à “examiner les informations accessibles au public, publiées ouvertement par les échanges publics, concernant les mécanismes procéduraux d’enregistrement pour échanger des crypto-monnaies sur ces échanges. Prieur n’a (par exemple) envisagé ni présenté aucune stratégie sur la manière dont Citadel devrait échanger des crypto-monnaies, ou quels clients ou méthodologies devraient être pris en compte, ou quoi que ce soit du genre.

De plus, Prieur affirme que sa non-concurrence couvre le fait de s’appuyer sur des informations confidentielles ou de travailler à un poste similaire à celui de Citadel. Il affirme que les soi-disant informations confidentielles concernent l’enregistrement en tant qu’échange crypto, quelque chose qui était spécifique à Citadel et que Portofino a déjà fait et avait déjà échangé des milliards avant son arrivée. Il note que Citadel Securities est un teneur de marché pour les titres à revenu fixe et les actions, tandis que Portofino est un teneur de marché pour les crypto-monnaies.

L’équipe juridique de Prieur a demandé la production d’un powerpoint censé être son produit de travail lié à la cryptographie, mais Citadel a refusé de le faire. La partie de Prieur affirme que c’est parce que “les faits montrent que Prieur n’a créé ni ne possédait aucune information exclusive qui pourrait éventuellement justifier une injonction contre lui”.

Ils déclarent qu’à l’été 2021, Citadel Securities a déplacé son initiative de crypto-monnaie des États-Unis vers l’Asie, “où une équipe désignée entièrement nouvelle et distincte en Asie a dirigé (et continue de diriger) les efforts de Citadel pour explorer et poursuivre toute crypto-monnaie divisions commerciales à partir de ce moment. Prieur n’a pas déménagé en Asie pour continuer à faire partie de cette équipe, et son implication (telle qu’elle était) dans les « opérations de cryptographie » de Citadel a alors été effectivement réduite à 0 % de son temps de travail. »

L’audience est fixée à demain.

Pendant ce temps, plus tôt ce mois-ci, Citadel Securities a été divulgué comme l’un des bailleurs de fonds d’un nouvel échange d’actifs numériques EDX Markets, aux côtés de Charles Schwab, Fidelity Digital Assets, Virtu Financial et d’autres.

Selon notre propre expérience, Citadel Securities peut être très agressif. Après un article non controversé sur le lancement d’EDX Markets, Ledger Insights a été contacté à plusieurs reprises par deux sociétés distinctes agissant au nom de Citadel Securities. Nous avons apporté une petite modification, mais avons refusé de supprimer une référence à Citadel Securities à l’origine du consortium, car nous pensons que cela est factuellement exact. Les entreprises n’ont pas prétendu qu’il était inexact, mais ont néanmoins continué à faire pression pour le changement, ce qui, à notre avis, était inapproprié.


Rate this post
Avatar
Violette Laurent est une blogueuse tech nantaise diplômée en communication de masse et douée pour l'écriture. Elle est la rédactrice en chef de fr.techtribune.net. Les sujets de prédilection de Violette sont la technologie et la cryptographie. Elle est également une grande fan d'Anime et de Manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici