- Publicité -


Samouraï 7 est sorti en 2004 à ce que j’appellerais “pic Gonzo” car quelques années auparavant, le studio d’animation avait sorti des artistes comme Hellsing, Full Metal Panic ! et Dernier exil, montre que même maintenant, ils sont toujours associés à eux, et donc sortir une nouvelle version d’un classique de tous les temps était une idée compréhensible de la part d’une entreprise qui monte si haut. Ils ont évidemment regardé comment Kurosawa est Sept Samouraïs avait déjà été transformé en un western populaire, alors a décidé d’y aller à sa manière en y ajoutant des thèmes de science-fiction et une esthétique steampunk, une idée qui ne fonctionne pas toujours, grâce à un mélange d’arrière-plans peints époustouflants et vraiment objets CG de mauvaise apparence, en particulier certains des vaisseaux spatiaux montrés lors du récit d’une guerre qui vient de se terminer. Vous pouvez dire que nous sommes au début des années 2000, lorsque les entreprises commencent à utiliser CG dans leurs animations 2D mais n’ont pas encore réussi à le rendre convaincant.

Samurai 7 3

- Publicité -

La clé de la première moitié de l’histoire est de refaire le film classique, nous avons donc un village pauvre appelé Kanna qui doit embaucher des samouraïs pour les protéger des bandits, bien que dans ce cas, les bandits s’appellent Nobuseri et ce sont des samouraïs du guerre mentionnée précédemment qui se sont eux-mêmes convertis en machines et obéissent maintenant aveuglément à l’empire maléfique qui gouverne le pays. Alors, un peu différent ! Le village de Kanna envoie sa prêtresse de l’eau Kirara et deux autres villageois pour trouver des samouraïs non convertis pour les aider, Kirara possédant un collier qui pointe vers des individus au cœur pur (ainsi que des sources d’eau, au cas où vous vous poseriez des questions sur l’eau chose de prêtresse). Au cours des premiers épisodes, ils engagent sept samouraïs pour les aider, et ils correspondent chacun à l’un des sept du film original, bien que souvent avec des personnalités encore plus exagérées ou des rebondissements steampunk étranges.

Kanbei est le chef des samouraïs, le sage vétéran de nombreuses batailles ; Katsushiro est le jeune samouraï qui souhaite apprendre sous Kanbei; Gorobei le joyeux samouraï devenu amuseur de rue après la guerre ; Shichiroji est un samouraï qui a abandonné la vie pour s’installer avec une femme et une nouvelle entreprise qui est néanmoins ramenée dans le jeu par Kanbei et co; Kikuchiyo est un samouraï grand et maladroit avec un tempérament court… et est presque entièrement un robot (ce morceau ne correspond pas exactement au film…) ; Heihachi est le gentil samouraï qui préfère de loin construire des choses plutôt que de se battre. et Kyuzo est le samouraï silencieux et stoïque qui commence comme un ennemi. C’est un bon mélange, même si certains des personnages de base s’appuient trop sur les mêmes quelques gags plutôt que de les développer de quelque manière que ce soit, ce qui vieillit rapidement.

Samurai 7 1

La surprise ici est que ce ne sont vraiment que la première moitié / les deux tiers qui adaptent le film et qu’il part dans sa propre direction pour la fin, en se concentrant sur l’empire maléfique mentionné précédemment dirigé par le magistrat Ayamaro et son fils Ukyo, ce dernier obtenir des rebondissements étonnamment intéressants. En fait, il est prudent de dire que Samouraï 7 est une série qui s’améliore au fur et à mesure, étant trop dépendante d’une comédie souvent mal chronométrée pour commencer, mais va vraiment de l’avant à la fin de la série.

Comme mentionné, les visuels sont un sac mélangé. Quand il a été diffusé pour la première fois, il a apparemment fait grand bruit et mis sur une chaîne PPV HD émergente avant de finalement s’installer dans une diffusion régulière sur le réseau, mais honnêtement, il y a des moments où cela étant votre première exposition à l’animation HD vous aurait conduit à inclinez la tête dans la confusion et demandez-vous quel est le problème. Ne vous méprenez pas, il y a des moments où il y a une animation extrêmement fluide et de très beaux arrière-plans au format 16: 9 alors rare pour la télévision, mais il y a aussi des moments où l’inverse est vrai (enfin, à part l’aspect proportion, évidemment). La bande originale de Kaoru Wada et Eitetsu Hayashi est bonne et utilise des instruments traditionnels parmi d’autres rythmes pour cette ambiance de samouraï, même pendant les moments où ils roulent sur des vaisseaux spatiaux, ce qui était une phrase amusante à écrire. Les deux pistes de langue sont parfaitement bien, bien que le doublage anglais soit très bien de son temps, étant “le début de FUNimation” mais heureusement pas assez tôt pour qu’ils aient trop joué avec le script. Vos extras sont des commentaires du personnel et des acteurs suivis de vos bandes-annonces habituelles.

Samurai 7 2

Samouraï 7 est une série amusante qui commence un peu tremblante avec des gags qui ne fonctionnent pas vraiment mais qui finissent par se transformer en quelque chose d’assez bon pour que vous attendiez avec impatience le prochain épisode. Peut-être pas un “must have” mais certainement un “collez avec ça et ça devient bon”, cela dépend juste si vous êtes prêt à vous y tenir !

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici