Le deuxième volume de cette série a été long à venir. Cela fait plus d’un an que le premier volume est sorti en anglais, mais les lecteurs peuvent désormais progresser dans cette adaptation manga du spin-off du jeu vidéo.

Komaru Nagei, sœur de Makoto, le héros original du premier jeu, et Toko Fukawa, alias Genocide Jill, tentent désespérément de trouver un moyen de s’échapper de la ville qui a été reprise par un groupe d’enfants appelés les «guerriers de Hope », qui projette de tuer tous les adultes et de faire une utopie juste pour les enfants.

Ce volume commence à un pont cassé, où les deux filles se sont liées d’amitié avec un garçon nommé Yuta Asahina – le frère aîné d’Aoi the Ultimate Swimmer. Il décide de nager sur l’eau pour trouver de l’aide, mais cela cause plus de problèmes, en raison d’un bracelet spécial que lui et Komaru ont tous deux été forcés de porter.

Komaru et Toko prévoient alors de s’échapper via le métro de la ville, seulement pour qu’ils aient à se battre contre certains des meneurs des Warriors of Hope, qui se sont armés de méca. Heureusement, le «Hacking Gun» de Komaru en forme de mégaphone est capable de le détruire. Komaru se rend compte qu’elle ne peut pas s’échapper de la ville sans avoir d’abord retiré son bracelet, mais qu’elle pourrait peut-être obtenir l’aide d’un mouvement de résistance souterrain d’adultes.

Comme pour le premier volume, l’attrait principal est probablement les personnages. Bien que les anciens visages soient bons à voir, il y en a de nouveaux qui font de brèves apparitions, mais qui sont toujours capables d’étoffer d’autres personnages qui apparaissent dans le jeu original. Mis à part Yuta, une autre personne à apparaître est Taichi Fujisaki, le père de Chihiro Fujisaki le programmeur ultime, mais une fois de plus, son implication est tragiquement interrompue. Nous voyons cependant l’un des personnages originaux du jeu à la toute fin de ce volume pour nous donner cet espoir très important.

La qualité de l’écriture, de l’art, de la traduction et du lettrage reste au niveau constamment bon qu’elle était dans le premier volume. L’art de Hajime Touya est amusant et passionnant, et la traduction de Jackie McClure ne semble pas avoir de problèmes évidents. Il y a eu un changement de personnel entre les deux volumes, Paul Starr faisant maintenant le lettrage, succédant à John Clark, mais il ne semble pas y avoir de baisse de qualité.

Le seul problème, pour ceux qui aiment les extras, est que la section «Despair Mail», où les lecteurs d’art et de cosplay ont soumis aux éditeurs, a maintenant été mise en ligne pour que les gens puissent la voir à la place, mais bien sûr, cela signifie simplement que tout le monde peut la voir. sans avoir à acheter les livres.

Le volume 2 a été assez divertissant. Juste dommage que le volume 3 soit une autre longue attente.

Lisez un aperçu gratuit de ce manga sur le site Web de l’éditeur ici.

Leave a Reply