- Publicité -


PAYSAGE VILLE

« Qu’est-ce que vous voulez exprimer à travers Shibuya ? »

Yatora essaie toujours de s’adapter aux défis de survivre à la première année à l’Université des Arts de Tokyo (TUA). Son premier devoir ne s’est pas bien passé – et le personnel enseignant est déterminé à mettre les élèves au défi de penser et de créer en dehors de leur zone de confort. La deuxième mission devrait lui convenir : les décors de Tokyo. Comme c’est son désir de représenter le quartier tokyoïte de Shibuya à l’aube qui lui a d’abord donné envie de créer son propre art, ce sujet ne devrait-il pas l’inspirer ? Mais il se débat toujours car toutes ses idées préconçues ont été balayées par les évaluations critiques de son travail par les enseignants – et maintenant il est perdu. Et les deux pièces – l’une une peinture, l’autre une maquette – qu’on leur a demandé de produire doivent être formellement évaluées. “Les techniques et les connaissances sont des armes puissantes, mais si vous devenez trop gourmand ou si vous en abusez, votre art deviendra indistinct.” Ce n’est que maintenant qu’il se souvient d’un conseil que lui avait donné Ooba-sensei lorsqu’il postulait à la TUA… et ce n’est que maintenant que cela commence à avoir un sens.

- Publicité -

Cependant, dès que les étudiants atteignent les vacances d’été, ils apprennent qu’ils doivent participer au ‘Geisai’, le festival culturel TUA, et sont divisés en trois groupes pour fabriquer un mikoshi ou sanctuaire portable, ainsi que pour concevoir des manteaux happi. à porter comme les sanctuaires portables transportés dans les rues ; le troisième groupe consiste à concevoir un stand de restauration. Le thème de cette année est Les Trois Singes Sages (‘Ne rien voir, ne rien dire, ne rien entendre.’) Yatora se retrouve dans l’équipe mikoshi dirigée par nul autre que Miki Kinemi, la jeune femme au bon cœur qui il s’est rencontré pour la première fois lorsqu’elle a accidentellement renversé son miroir lors de l’examen d’entrée. Avec seulement un mois pour créer le sanctuaire, ils ont une tâche énorme devant eux, travaillant à l’extérieur dans la chaleur étouffante d’un été à Tokyo. Seront-ils capables de terminer la tâche à temps pour le festival ?

Si j’avais des inquiétudes que Période bleue allait perdre son élan, nous ayant montré que Yatora atteignait son objectif d’entrer à l’Université des Arts de Tokyo (TUA), ce volume m’a rassuré que je n’avais pas à m’inquiéter. L’une des forces de Tsubasa Yamaguchi est sa capacité à créer des personnages en trois dimensions que nous, lecteurs, trouvons aussi fascinants et exaspérants que Yatora. Ici, nous rencontrons des tas de nouveaux personnages – ou des personnages que nous n’avons que brièvement entrevus auparavant – alors que les étudiants de première année sont obligés de travailler ensemble pour le festival culturel pendant un été étouffant. Et parce que les dessins de Yamaguchi sont si distinctifs, nous sommes aspirés, comme Yatora, par tous les petits drames et crises qui surviennent lorsque vous réunissez un groupe d’artistes prometteurs et voyez s’ils peuvent coopérer sur un projet pour créer quelque chose ensemble. L’aspect de trois équipes en compétition fait ressortir de nouvelles forces et forge de nouvelles amitiés inattendues.

Alors, loin de s’essouffler au huitième tome, Période bleue trouve de nouveaux défis pour le protagoniste principal Yatora et c’est formidable de le voir grandir et mûrir. À ce stade, il est impossible de dire où son art le mènera, mais c’est un voyage fascinant auquel toute personne ayant étudié l’art (ou d’autres matières artistiques) peut s’identifier. Quand même le prodige Yotasuke se marmonne : « Ai-je besoin d’une raison pour chaque chose que je peins ? nous pouvons trouver tellement de choses avec lesquelles sympathiser alors que les premières années essaient de comprendre ce qui les oblige à faire leur art – puis livrent deux pièces, l’une en 3D, l’autre à l’huile sur toile. Après tout l’introspection angoissée de Yatora, il finit par trouver une solution ingénieuse et imprévisible à la tâche définie.

Il y a une super histoire bonus à la fin de ce volume, montrant les étudiants de première année lors d’une excursion de dessin de deux nuits et trois jours, y compris une visite d’une usine de fabrication de toiles avec leurs trois professeurs. Cela se termine par un concours de fabrication de curry entre les trois groupes avec des résultats… surprenants (ce sont des étudiants en art, après tout, donc ils n’allaient jamais créer des currys conventionnels). Et les quatre bandes de 4 koma à la fin nous présentent quelques-uns des nouveaux amis de Yatora : Kenji Hachiro ; Yakumo Murai ; Ayano Aizawa et Momoyo Kakinokizaka.

Ce huitième volume de Période bleue de Kodansha est à nouveau traduit très habilement par Ajani Oloye et se lit bien. Pas d’images en couleur, malheureusement, bien que la couverture avant et arrière soit superbe et que les pages de garde du mangaka soient aussi pleines d’esprit et amusantes que dans les autres volumes. Le tome 9 devrait déjà sortir, même si les retards se poursuivent avec les éditions physiques. Dans l’ensemble, ce volume offre un autre regard fascinant sur la vie d’un groupe de jeunes artistes, essayant de réaliser leurs rêves et de devenir le meilleur possible dans leurs domaines de prédilection.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici