La vie quotidienne des lycéens est une série comique tranche de vie de mangaka Yasunobu Yamauchi qui se concentre sur un trio de lycéens, Tadakuni, Yoshitake et Hidenori, alors qu’ils se retrouvent dans des situations bizarres et gênantes avec humour, jour après jour.

Certains peuvent être familiers avec la série en raison de son adaptation animée tout aussi humoristique de 2012 de lever du soleil. Ce premier volume de Bandes dessinées verticales contient les 15 premiers chapitres, ainsi qu’une compilation spéciale et un chapitre unique axé sur un casting féminin.

Tadakuni est l’homme hétéro avec une tendance naïve, Yoshitake est un peu un idiot adorable et Hidenori est plein de commentaires secs et spirituels. L’approche de l’histoire consiste essentiellement à explorer et à essayer d’en savoir plus sur certains sujets qui entrent dans leur vie d’adolescent.

La distribution de soutien comprend la petite sœur toujours souffrante de Tadakuni (elle n’est pas nommée dans ce volume), le supposé délinquant très redouté Motoharu et Yassan, un romancier en herbe qui obtient une partie de la vedette, partageant des chapitres avec Hidenori.

Je pense que l’attrait du manga réside dans la chimie entre les trois pistes, chacune ayant sa propre personnalité décalée qui conduit ses actions et ses réactions au caractère aléatoire qui les entoure.

Certains des scénarios de ce premier volume impliquent que Tadakuni trouve un attrait inattendu à porter une jupe (une scène rendue emblématique par son utilisation sur la sortie de NIS America BD), et des histoires de fantômes qui ne sont pas aussi effrayantes que dérangeantes.

Mes chapitres préférés étaient la paire mentionnée plus tôt qui impliquait Hidenori de faire une conversation maladroite mais attachante avec un fanatique de littérature avec des résultats plutôt amusants.

Fait intéressant, j’ai trouvé qu’avec ce volume, la lecture d’un ou plusieurs chapitres à la fois fonctionnait à mon avantage, par opposition à la frénésie comme je le fais habituellement avec des mangas plus axés sur l’histoire.

Votre kilométrage peut varier en tant que lecteur mais j’ai apprécié Vie quotidienne plus quand je suis venu le lire à un rythme plus tranquille – ce qui est logique compte tenu des scénarios à la fois décontractés et loufoques à l’intérieur.

J’ai également trouvé intéressant de noter que ce volume a été publié pour la première fois il y a une dizaine d’années, sans doute pendant les hauteurs de Cute Girls Doing Cute Things. Cette série ressemble en quelque sorte à une version masculine de cette configuration familière, mais là où il y a des plaisanteries générales et la normalité, il y a aussi un côté dérangé à la limite d’où vient le noyau de la comédie, car il remonte souvent à la surface.

Des situations comme l’idée de Yoshitake d’une histoire effrayante impliquant l’insécurité entourant le rasage de sa poitrine ou un jeu de plus en plus obscur de ping-pong d’actualité rayonnent tout au long de ce volume. Il n’est pas étonnant que l’adaptation d’anime ait fonctionné si bien que les gags et les sketches livrent déjà les rires sur papier.

Les deux chapitres bonus ont également quelque chose à offrir car nous obtenons un sketch impliquant une dame gâtée et ses malheureux majordomes et un one-shot qui présente un trio d’excentriques qui semblent être des équivalents féminins des personnages principaux.

La traduction de La vie quotidienne des lycéens Volume 1 a été géré par David Musto et je pense que le timing et le dialogue comiques se passent plutôt bien – je riais souvent pendant mes séances de lecture, donc c’est le signe d’un travail bien fait!

Mes premières impressions générales sur le premier volume de La vie quotidienne des lycéens sont très positifs car il offre une marque d’humour unique qui m’a laissé enthousiasmé par les rires et les scénarios bizarres du prochain volume.

Leave a Reply