«La légende dit qu’une bête sacrée apparaît à l’époque d’un grand roi.»

Le frère jumeau de Rangetsu, Sogetsu, a été assassiné au palais impérial. On dit que son maître, le quatrième prince, l’a tué. Les jumeaux sont Ajin et la race mi-bête, mi-humaine Ajin est persécutée pour être différente et traitée comme une classe inférieure (les femmes plus jeunes sont généralement contraintes à la prostitution, les hommes à l’armée). Les seules exceptions sont les garçons avec des «capacités spéciales» qui sont envoyés au palais impérial pour agir en tant que symboles de statut ou gardes du corps pour leurs maîtres impériaux. Rangetsu, le cœur brisé, est déterminée à venger la mort de son frère, alors elle se déguise en garçon et se met à offrir ses services au quatrième prince, Tenyou, le Haut Commandant (qui était le maître de Sogetsu). Elle est hautement qualifiée en arts martiaux et, après un essai de ses compétences, est acceptée au service de Tenyou. Mais c’est tout ce qu’elle peut faire pour maîtriser ses sentiments de perte et de colère, en jurant: «Je tuerai cet homme dès que l’occasion se présentera.»

Cependant, maintenant que Rangetsu fait partie du palais, elle commence à voir dans quel réseau complexe de relations et de rivalités elle est entrée. La plus grande surprise pour elle est de comprendre que Tenyou n’est pas le prince au cœur froid et droit qu’elle a supposé qu’il était – et qu’il était vraiment bouleversé lorsque Sogetsu a été tué. Et donc sa mission auto-imposée passe de tuer le quatrième prince à découvrir qui complote pour le discréditer dans le palais. Si son jumeau était une cible, il s’ensuit naturellement qu’elle est également en danger. Se pourrait-il que l’un des trois frères aînés du quatrième prince envisage de le discréditer – ou pire?

Les filles se déguisant en garçons ont été un trope de romance préféré pendant des siècles (voir l’alto de Shakespeare dans Douzième nuit) avec des titres de shojo désormais classiques qui se déroulent de nos jours tels que Hana Kimi et Club d’accueil de l’école secondaire d’Ouran faire bon usage de ce dispositif de tracé (ne pas oublier Mon meilleur majordome actuellement publié numériquement par Kodansha). Il semble toujours beaucoup trop facile pour nos héroïnes de travestis de tromper tout le monde dans ces histoires – comme si le simple fait de couper les cheveux longs et les seins liants suffisait à arracher la tromperie. Et donc c’est ici; le prince pense: “ Sa voix est comme celle d’un enfant ” et note que Rangetsu a de longs cils et une silhouette fragile, et son propre garde du corps (humain) observe que le nouveau venu semble plus apte à être un danseur qu’un guerrier.

La bête du roi est le dernier manga fantastique de Rei Toma (L’aube des arcanes et La Dragon d’eau La mariée) à publier par VIZ Media dans leur Shojo Beat gamme. Même si on nous dit que les volumes 1 et 2 sont sortis simultanément au Japon, malheureusement ce n’est pas le cas ici et avec seulement trois chapitres dans ce premier volume, il n’y a pas encore assez de matériel pour donner aux lecteurs une forte impression de l’endroit où l’intrigue se déroule et qui sont les personnages. Pour commencer: même si Rangetsu a juré de venger la mort de son frère et croit que Tenyou est le responsable du meurtre, alors qu’elle semble sur le point de le faire, en lui tendant une embuscade dans son lit, elle ne fait pas l’acte. Cela devrait être une scène d’une immense tension – mais comme nous ne connaissons pas encore suffisamment les personnages pour nous rapporter à leurs réactions, tout semble trop rapidement et facilement résolu. Elle pourrait l’ont tué. Elle ne l’a pas fait. Passer rapidement… Le dernier chapitre du livre est un chapitre bonus pour La mariée du dragon d’eau. Le mangaka nous dit aussi que La bête du roi se déroule dans le même monde que L’aube des arcanes, dans un royaume fantastique d’inspiration chinoise. Nous devrons simplement attendre mai (juin au Royaume-Uni) pour le deuxième volume.

Le style graphique de Rei Toma est attrayant (mais pas très distinctif) et bien adapté à son histoire d’amour et de vengeance à saveur chinoise. Son utilisation de la couleur (comme on le voit sur la couverture) est frappante, mais délicate, et Rangetsu est représentée avec une gamme d’expressions convaincante alors qu’elle tente de composer avec sa nouvelle vie étrange.

Cependant, au niveau de l’intrigue, j’ai quelques questions. On nous dit que ce ne sont que les garçons Ajin qui passent un test spécial qui révèle s’ils ont des pouvoirs spéciaux ou non (nous voyons cela arriver à Sogetsu au début du conte) qui sont ensuite nommés pour servir les membres de la famille impériale, avant même que leurs pouvoirs se soient manifestés. Alors pourquoi Rangetsu – qui n’a pas de tels pouvoirs – est-il si facilement accepté au service de Tenyou? (C’est passé sous silence, un peu comme un éditorial après coup.) Et combien de temps s’est-il écoulé depuis la mort de Sogetsu? Le Sogetsu que nous voyons brièvement dans la maison de Tenyou est encore un enfant – alors que Rangetsu a la stature d’un jeune adulte. La façon dont la chronologie saute n’est pas très habilement gérée. Je comprends l’envie de frapper le sol en courant avec Rangetsu arrivant au palais impérial au tout début mais les petits flashbacks montrant comment Rangetsu est arrivé à ce moment-là semblent plutôt insérés au hasard.

La traduction est gérée par JN Productions et se lit bien sans problèmes flagrants.

Un début prometteur pour ce fantasme d’échange de genre, alors, mais avec seulement trois chapitres, il est un peu difficile de dire comment l’histoire et la relation / romance centrale serviteur-maître va se développer et si elle se distinguera de tant d’autres. dans la même veine. Peut-être après le volume 2…?

Leave a Reply