Après avoir abordé les histoires tentaculaires de Mille et une nuits dans Magi: le labyrinthe de la magie, La dernière œuvre de Shinobu Ohtaka revient dans son Japon natal, avec ce premier volume mêlant samouraïs, démons et éléments religieux pour créer un nouveau fantasme historique passionnant.

L’histoire se concentre sur Musashi, 15 ans, qui, avec son ami d’enfance Kojiro, rêve depuis longtemps de devenir un samouraï, qui dans ce monde sont de puissants guerriers qui se regroupent pour abattre les démons qui, après la défaite de le seigneur de guerre légendaire Oda Nobunaga, ont asservi l’humanité et se sont érigés en dieux.

Cependant, les rêves ne fonctionnent pas toujours comme vous l’attendez, car Musashi s’est retrouvé sur la voie de devenir un mineur, l’un des moutons stupides qui extraient des métaux précieux pour que les démons se régalent, tandis que Kojiro, ayant été ostracisé en tant que fils de l’un des samouraïs maintenant vilipendés, a perdu son sens du but et passe maintenant la plupart de son temps à fumer et à pêcher.

Le jour où Musashi doit devenir un mineur à part entière, il se rebelle enfin contre les seigneurs de l’humanité et tue son premier démon, mais ce faisant, il réveille l’un des soi-disant dieux – un énorme et fougueux seigneur démon. Finalement, Kojiro est de son côté, Musashi promet d’abattre le seigneur démon comme première étape pour libérer l’humanité du règne des démons.

Ce premier volume prépare en grande partie ce qui est à venir, mais n’est en aucun cas léger sur le contenu, devant présenter les personnages centraux, leur situation difficile et le monde qui les entoure. Bien que les personnages eux-mêmes ne se démarquent pas particulièrement jusqu’à présent – Musashi est un protagoniste shonen assez générique qui se propulse sur le pouvoir des rêves, et Kojiro, malgré une histoire intéressante, passe la majeure partie de ce volume à s’enfuir – c’est la construction du monde qui me semble vraiment fascinant avec celui-ci.

Bien qu’il y ait probablement plus de mangas et d’animes sur la période des États en guerre du Sengoku au Japon que vous ne pourriez en compter, Orient fait vraiment bon usage de son cadre et de ses thèmes pour nous donner quelque chose qui semble plutôt frais, combinant le Japon de l’ère Sengoku avec à la fois la technologie moderne et la mythologie religieuse à grand effet. Le groupe de samouraïs que nous rencontrons dans ce volume, inspiré du clan Takeda, n’est qu’un énorme gang de motards, échangeant des chevaux contre des motos futuristes qui semblent être comme chez eux dans l’une des plus modernes. Final Fantasy jeux, tous parés de cristaux pointus. Pendant ce temps, le seigneur démon lui-même est un géant féroce qui pourrait être comparé aux représentations de divinités bouddhistes et hindoues, mais il est beaucoup plus meurtrier, capable d’utiliser son corps cristallin à la fois en combat au corps à corps et à distance, avec quelques attaques magiques enflammées pour démarrer. .

Bien que certaines choses, comme les vélos, semblent un peu idiotes, je dois honnêtement dire que le travail de conception est fantastique, et j’adore la façon dont Ohtaka a pris l’inspiration religieuse du seigneur démon et en a fait quelque chose à la fois. horrible et extrêmement puissant.

En dehors de cette grande pièce de jeu de seigneur démon, le reste de l’art est généralement bon, même s’il est un peu familier. Certaines des conceptions de personnages pourraient être ramassées et jetées dans n’importe quel travail similaire, tandis que la pioche géante de Musashi semble avoir été retirée directement de Mangeur d’âme. Les arrière-plans, cependant, sont solides, avec de nombreuses scènes du village adaptant légèrement des bâtiments d’aspect traditionnel afin de donner le sentiment que quelque chose ne va pas.

La façon dont tout cela a été mis en place, de l’action à l’exposition en passant par le dialogue, m’a fait sentir comme Ohtaka avait définitivement en tête une adaptation d’anime (qui a été annoncée plus tôt cette année) alors qu’elle le créait, car cela me faisait constamment penser ” cela ferait un grand épisode d’ouverture ». Le rythme est agréable et vif, équilibrant bien l’exposition et l’action, cette dernière étant en particulier un point fort, en ce que même si c’est un tarif shonen familier, il sait bien utiliser ses panneaux pour créer des scènes passionnantes, voire ceinturant les noms d’attaques aussi.

Orient est publié en anglais par Kodansha Comics, les 10 premiers volumes (sur 12 actuellement disponibles au Japon) étant disponibles numériquement, tandis que ce volume marque ses débuts physiques avec le deuxième volume qui sortira plus tard en avril 2021. La traduction de Nate Derr se lit bien et je n’ai pas repéré d’erreurs ou de problèmes dans sa présentation.

Dans l’ensemble, malgré certaines des conceptions de personnages génériques, le premier volume de Orient est un bon début. L’histoire et les motivations des personnages sont bonnes, les dessins des démons sont fantastiques et les batailles contre eux sont des séquences d’action assez solides. S’il peut continuer avec ceux-ci et développer un peu plus ses personnages, cela pourrait s’avérer être une entrée assez décente dans le genre d’action shonen.

Lisez un aperçu gratuit de Orient sur le site Web de l’éditeur ici

Leave a Reply