Quand il s’agit d’histoires sur les académies de magie, je suis sûr que le titre qui vient à l’esprit pour la plupart d’entre nous est le Harry Potter série par JK Rowling. Mais que se passerait-il si un auteur japonais prenait un concept similaire et le transformait en une série de romans légers? Eh bien, c’est là Règne des sept lames de sorts entre, que je suis ici pour vérifier aujourd’hui!

L’histoire suit le protagoniste Oliver Horn, qui est sur le point de commencer sa première année à la Kimberly Magic Academy, où il sera formé pour devenir un mage à part entière. Le jour de la cérémonie d’entrée, il rencontre Nanao Hibiya, une fille samouraï de la nation lointaine de Yamatsu, qui n’a apparemment aucun talent pour la magie mais beaucoup d’habileté maniant une épée!

Pendant la cérémonie, un troll se détache et se déchaîne, ce qui amène Oliver et Nanao à faire équipe pour le faire tomber avant que quiconque ne soit blessé. Par la suite, les deux commencent à nouer une solide amitié aux côtés de la plupart des autres premières années, mais ils ignorent peu que la vie à Kimberly est beaucoup plus dangereuse qu’il n’y paraît. Plus de 20% des premières années ne survivent généralement pas pour voir leur deuxième année. S’ils veulent devenir mages, ils devront garder l’esprit sur eux!

Au fur et à mesure que nous passons plus de temps avec Oliver, Nanao et leurs amis Guy, Katie, Michela et Pete, nous pouvons voir tous les différents horizons dont ils proviennent et leurs expériences avec la magie. Katie, par exemple, vient d’une famille qui veut de meilleurs droits pour les monstres intelligents (comme les trolls), ce qui est méprisé par les autres mages.

À première vue, Oliver semble être votre personnage principal parfaitement moyen. Il est intelligent, courageux et celui qui devient finalement le leader du groupe. Cependant, au fur et à mesure que le livre avance, il devient clair qu’il y a quelque chose de caché dans le passé d’Oliver qui changera complètement notre perception de lui et c’est satisfaisant de regarder ce démêlage.

À bien des égards, Oliver est équilibré par Nanao qui a une personnalité plus excentrique. Elle est puissante, peu respectueuse de sa propre vie parce qu’elle vient d’une nation en guerre, mais lorsqu’elle se lie d’amitié avec les autres, elle trouve des choses pour lesquelles vivre. Je trouve l’idée d’un samouraï des boonies sans vrai bon sens un peu générique, mais je suis prêt à l’oublier, car Nanao est par ailleurs un bon personnage.

Au début de cette revue, j’ai comparé la série à Harry Potter et c’est quelque chose qui est né à la fois des personnages et du monde dans lequel ils se trouvent. Kimberly Magic Academy n’est pas si différente de Poudlard, avec le professeur d’alchimie grincheux Darius Grenville (qui rappellera aux lecteurs Severus Snape). Il y a suffisamment de différences entre les deux où Règne des sept lames de sorts parvient à ne pas se sentir comme une copie de Harry Potter, bien que.

Une différence notable est le fait que les baguettes de l’élève font également office d’épée pouvant être utilisée au combat. De plus, bien qu’il s’agisse d’un monde où certains ne peuvent pas du tout utiliser de magie, il ne semble pas que ce soit un cas où ceux qui n’ont pas de magie ignorent ceux qui le font. En fin de compte, ils sont assez similaires pour que les fans de Harry Potter passera un bon moment à lire ceci, mais la série est également sa propre chose.

L’auteur de la série est Bokuto Uno, qui a également écrit Alderamin sur le ciel. Je pense qu’ils méritent des éloges pour avoir réussi à jongler avec tant de personnages et tant de construction du monde en un seul volume. Il y a une bonne répartition entre les moments plus sérieux et les scènes légères et il est facile d’imaginer où sont les personnages, de page en page. Il y a beaucoup de choses à suivre, mais cela ne ressemble jamais à une corvée. Uno est clairement expérimenté dans la gestion d’une histoire bien remplie comme celle-ci et me laisse impatient de découvrir ce qui nous attend à l’avenir.

Comme mentionné précédemment, Règne des sept lames de sorts Le volume 1 arrive en Occident grâce à Yen Press et a été traduit par Alex Keller-Nelson. La traduction se lit bien sans aucun problème à noter. La série a été illustrée par Miyuki Ruria (Le plus grand plan de retraite de Magicmaster) et cette version comprend des pages en couleur, qui montrent l’œil de Ruria pour les scènes d’action ainsi que les scènes quotidiennes plus paisibles. J’aurais aimé qu’il y ait encore quelques scènes de bataille décrites, au lieu de simplement montrer les différentes filles, mais j’espère que cela s’améliorera à l’avenir …

Règne des sept lames de sorts est actuellement en cours au Japon à six volumes et Yen Press a le volume 2 prévu pour une sortie en anglais en mars.

Global, Règne des sept lames de sorts Le volume 1 offre aux lecteurs un monde rempli de magie dans lequel ils peuvent s’investir. Avec un large éventail de personnages auxquels s’attacher et de nombreux secrets à découvrir, la série est très prometteuse. J’ai certainement hâte de voir comment il évoluera dans les prochaines tranches.

Leave a Reply