Avec Sirène Saga venant de Rumiko Takahashi, l’auteur d’ouvrages tels que Urusei Yatsura, Ranma ½ et Inuyasha, J’étais vraiment intéressé à choisir celui-ci, compte tenu de son pedigree. Bien que je n’ai jamais lu aucune de ses autres œuvres, cela m’a impressionné en étant une lecture très intéressante qui se mêle avec succès aux horreurs entourant les créatures mythiques dans un style japonais typique.

Dans le monde de Sirène Saga, il y a une légende selon laquelle si vous mangez la chair d’une sirène, vous gagnerez une vie éternelle et une beauté juvénile, ce qui est exactement ce qui est arrivé à Yuta, un ancien pêcheur qui a passé les quelques centaines d’années à parcourir le Japon dans le but de trouver une sirène qui pourrait le rendre mortel à nouveau.

Le manga raconte ses voyages dans des épisodes d’un ou deux chapitres, chacun se concentrant sur un groupe de personnes différentes qui ont été affectées par la légende de la sirène, offrant une grande variété de tons, de personnages et de lieux. Cela commence beaucoup dans les royaumes de l’horreur, alors que nous voyons une adolescente, Mana, être maintenue captive par un village de vieilles femmes effrayantes. Bien que Yuta réussisse à la sauver, ils se retrouvent bientôt face à face avec des monstres horribles, tout en étant chassés par les villageois. Qu’est-ce que ces villageois ont fait dans le monde? Eh bien, vous découvrez bientôt que ce n’est pas vraiment joli, car cela martèle ce que j’aime le plus dans les histoires de fantômes japonais – prendre le beau et le mystérieux, ou même parfois le banal et l’ordinaire, et les transformer en quelque chose de beaucoup plus sombre et horrible .

Jouer dans ce manga est définitivement ce à quoi ce manga est bon, en particulier lorsque vous arrivez à des histoires ultérieures telles que “Mermaid Forest”, qui voit Yuta et Mana se retrouver sous la garde du Dr Shiiina, après la mort du Mana désormais immortel. après avoir été heurté par un camion. Le Dr Shiina, cependant, a son propre secret, ayant passé la majeure partie de sa vie à s’occuper d’une fille nommée Towa, qui a bu le sang d’une sirène mais s’est retrouvé avec un bras monstrueux. Alors que Yuta et Mana en découvrent plus sur la situation difficile de Towa, ce qui se déroule est une tragédie familiale touchante qui examine le côté sombre de l’humanité et demande si c’est nous qui sommes vraiment les monstres ici. C’est un thème également porté par l’un des épisodes les plus courts de ce volume, “Dream’s End”, qui se concentre sur quelqu’un qui a mangé de la chair de sirène et s’est transformé en monstre, mais montre encore une partie de son ancienne humanité.

Mon conte préféré ici est cependant “Le village des poissons de combat”, qui nous emmène davantage dans le domaine de l’action-aventure, avec une histoire de l’ère des samouraïs sur des clans de pirates en guerre essayant chacun de mettre la main sur une sirène pour des raisons différentes. Il y a toujours un élément très humain présent, mais c’est beaucoup plus amusant à lire que certaines des autres histoires, en grande partie grâce à la distribution étendue et maladroite de personnages. Les goûts de la femme fatale Isago et les pirates idiots de l’île Sakagami offrent un soulagement comique bien nécessaire; tandis que de l’autre côté, O-Rin, la fille du chef du village, se révèle être un marin très compétent qui a un va-et-vient plus drôle avec Yuta que Mana, ce qui me fait souhaiter qu’elle soit la femme à la place.

C’est en grande partie parce que j’ai trouvé que par eux-mêmes, Yuta et Mana ne sont tout simplement pas si intéressants. Nous ne savons pas vraiment grand chose sur eux, à part le fait qu’ils sont tous les deux immortels, et ils ne sont vraiment développés que plus tard dans ce volume particulier. Même avec cela, cependant, ils se sentent plus comme un moyen pour le lecteur de faire l’expérience de ces événements effrayants. Les acteurs étendus, qui ont souvent été affectés par les sirènes d’une plus grande variété de manières que nos protagonistes, ont beaucoup plus de profondeur dans leurs personnages au fur et à mesure que l’on nous raconte leurs histoires, plutôt que simplement la quête de Yuta et Mana pour récupérer leur humanité. .

L’œuvre de Takahashi est très bien dessinée et bien qu’elle ait le style typique d’un manga des années 1980, on a l’impression qu’elle a bien vieilli, bien que les arrière-plans puissent être un peu simples. Cela permet cependant de garder les choses faciles à lire et il n’y a jamais de panneaux trop occupés. Il y a aussi des pages en couleur ici, mais dans notre copie de revue numérique particulière, elles semblaient très pixelisées et de mauvaise qualité. Bien que ce ne soit, espérons-le, pas le cas dans les copies au détail, c’est quelque chose dont il faut être conscient, en particulier si vous achetez du numérique. La traduction anglaise, par Rachel Thorn, est facile à lire sans aucun problème à proprement parler.

Dans l’ensemble, bien que les protagonistes principaux ne soient pas les personnages les plus intéressants, ce premier volume de Sirène Saga se révèle être une lecture fascinante grâce à son excellente approche de type histoire de fantômes, avec beaucoup d’histoires effrayantes dans lesquelles se plonger. Si vous êtes intéressé par la lecture d’une version très japonaise des sirènes en tant que créatures mythologiques, ou si vous aimez les yokai en général, alors c’est un titre qui vous plaira beaucoup.

Leave a Reply