Si vous avez regardé le titre long de cet anime et que vous vous êtes dit “cela doit être basé sur un roman léger”, vous auriez raison, mais seulement à mi-chemin. Les dossiers de Lord El-Melloi II est un spin-off de light novel d’un autre light novel, qui était lui-même une préquelle d’un jeu vidéo. Quel jeu vidéo ? Destin/Rester la nuit. Oui, nous replongeons dans le Destin franchise à nouveau, bien qu’elle n’ait pas le nom ‘Fate’ dans le titre. Pour que ce soit clair pour l’anime Destin fans, cette série est un spin-off de Fate Zero, et a également lieu plusieurs mois avant Destin/Rester la nuit (Unlimited Blade Works, Heaven’s Feel, le tout). En plus de tout cela, l’anime a également des camées d’autres Destin propriétés, y compris Apocryphes et Grand Ordre. Cependant, pour suivre l’émission, il suffit de savoir ce qui s’est passé dans Fate Zero et Destin/Rester la nuit. Dire que, Destin les histoires viennent avec beaucoup d’attentes, à savoir la guerre du Saint Graal, la dynamique du serviteur et du maître et le monde magique fascinant dans lequel tout se déroule. Les dossiers de Lord El-Melloi II il manque deux de ces ingrédients majeurs : à savoir la guerre elle-même et il n’y a pas de paires serviteur/maître ici. Les deux sont mentionnés, mais cette série n’est pas axée sur cela, ce qui s’éteindra probablement Destin les fans qui veulent juste voir les combats sympas et les révélations de Servant. Mais en disant tout cela, la série vaut-elle toujours la peine d’être découverte, malgré le grand obstacle à regarder le matériel nécessaire pour comprendre le contexte, ou est-ce un mystère qu’il vaut mieux laisser non résolu?

La quatrième guerre du Saint Graal a fait de nombreuses victimes, mais l’une d’entre elles n’était pas Waver Velvet, un jeune homme qui a volé la relique à son professeur pour y participer. Il a survécu mais non sans ses propres cicatrices de bataille, y compris la culpabilité d’être indirectement responsable de la mort de Kyaneth El-Melloi Archibald. Lorsque Waver est ramené à la Tour de l’Horloge par la nièce d’El-Melloi, Reines, il accepte d’assumer ses responsabilités, notamment en assumant la dette familiale, en restaurant le nom de famille, en résolvant les mystères qui affectent la communauté Mage et, en cours de route, en vivant jusqu’à la promesse qu’il a faite à Rider il y a toutes ces années.

La fiction policière, un sous-genre du genre mystère, existe depuis le XIXe siècle, ses exemples les plus célèbres étant les livres de Sherlock Holmes et d’Agatha Christie. il a presque toujours un format strict avec trois questions auxquelles il faut répondre : que s’est-il passé, qui l’a fait et pourquoi l’ont-ils fait. Les histoires les plus célèbres et les plus appréciées de ce genre ont généralement les indices menant à la réponse à chaque question, de sorte que lorsque le public découvre les solutions, il peut penser « bien sûr ! » comme tout était exposé dès le début à la vue de tous. Cependant, ce n’est pas toujours le cas. Si l’écrivain se sent enclin à cacher des informations au public, ou si l’histoire se déroule dans un monde où il serait impossible de connaître toutes les réponses (comme un monde de science-fiction ou fantastique), alors le mystère du détective devient moins la recherche des indices , et plus sur le parcours de la façon dont notre protagoniste découvre et affronte le coupable. Bien que ce format risque de dissuader le public qui aime participer au mystère, il peut également permettre à davantage de sous-genres de puiser dans le genre policier sans avoir à s’appuyer sur les anciens tropes. C’est ici que Dossiers de Lord El-Melloi II entre. Waver (maintenant connu sous le nom d’El-Melloi II) joue le détective dans cette histoire, avec Grey, son apprenti, jouant le rôle de “Watson” en posant des questions sur l’affaire et le monde pour aider le public à suivre ce qui se passe au. Cependant, parce que le monde de Destin est si dense et compliqué qu’il est pratiquement impossible de suivre tout ce que les personnages disent la moitié du temps. À moins que vous n’ayez tout digéré sur le Destin lore (pas n’importe quoi d’animé) et avez une très bonne mémoire, vous vous retrouverez probablement à vous déconnecter à mi-chemin des vidages d’exposition lors de la préparation des finales de chaque cas. Cela ne veut pas dire que c’est complètement ennuyeux ; Destin c’est beaucoup de choses, mais l’ennui n’en fait pas partie. Le monde est si intéressant ; des différentes familles spécialisées dans différents types de Magecraft, aux types de magie visuellement époustouflants et variés. Le spectacle est très clair sur la façon dont il est impossible d’essayer de prouver l’alibi de quelqu’un car un mage peut simplement contrôler quelqu’un de loin, ou planter des pièges magiques à l’avance, etc. l’histoire, avec une étude de personnage pour faire bonne mesure.

Mais de mon point de vue, Dossiers de Lord El-Melloi II n’est pas vraiment une version magique de Sherlock Holmes ; le spectacle est plus proche de l’autre propriété de Type-Moon, Le jardin des pécheurs, et un autre spectacle surnaturel basé à Londres, majordome noir. Le premier est également un mystère surnaturel avec la moitié des pièces manquantes, mais le véritable moteur est le voyage émotionnel d’une héroïne qui trouve sa place dans un monde sombre et impitoyable tout en portant beaucoup de ténèbres en elle. Ce dernier a un mystère de meurtre plus long et continu, mais le quotidien résout des affaires plus petites et des bouffonneries comiques des personnages qui habitent un monde surnaturel plus vaste. Les dossiers de Lord El-Melloi II s’assoit confortablement au milieu des deux; il y a un grand nombre de personnages avec lesquels El-Melloi II interagit ou se bat, avec une certaine dose de comédie, et la lutte émotionnelle de Waver entre ses désirs de revoir Rider et son devoir envers son rôle de seigneur est intéressant de regarder se dérouler. Le casting contient également un large éventail de mages et d’étudiants de haut rang qui sont impliqués dans chaque mystère, et les personnages empruntés à Grand Ordre et Apocryphes sont en fait dans une toute nouvelle chronologie, alors les voir dans de nouveaux rôles et comment leur vie s’est déroulée ici apportera de la joie à long terme Destin ventilateur. Le maillon faible réside cependant chez Grey, l’apprenti d’El-Melloi II. Il y a des éléments de son personnage (la faux cool et le fait qu’elle soit vivante, le design inspiré de la « grande faucheuse », etc.) ne peut pas vraiment expliquer pourquoi pour des raisons de spoiler).

Je n’ai pas cherché la société de production derrière cette série avant de jouer le premier lot d’épisodes, j’ai donc été très surpris de découvrir que le studio n’était pas ufotable, mais en fait Troyca, mieux connu pour Aldnoah.Zero et Floraison en toi. La série est magnifiquement animée, de l’ouverture visuellement fascinante aux batailles magiques qui prennent vie à l’écran. J’ai également été très impressionné par le fait que, étant donné que la série devait utiliser des scènes complètes et des modèles de personnages d’autres émissions de Fate de Zéro à Apocryphes – qui ont tous été animés par différents studios – et pourtant, non seulement les gardent reconnaissables de leurs séries respectives, mais travaillent également dans leur propre travail – est stupéfiant. J’imagine que cela a dû être un cauchemar à organiser, mais Troyca a fait un travail magnifique. J’apprécie également la quantité de détails qui ont permis de donner vie à Londres ; pas seulement les monuments tels que Big Ben et la Chambre du Parlement, mais aussi les petites choses comme les plaques d’immatriculation des voitures et l’ajout de doubles lignes rouges sur les routes.

Yuki Kajiura fournit la partition ici, et comme l’anime, elle intègre également des thèmes et des morceaux de précédents Destin œuvres qu’elle a composées auparavant, mais conserve également le flair de détective unique de la série. Le thème d’ouverture « commencer l’affaire ; Rail Zeppelin’, par exemple, va à l’encontre du numéro typique de la J-pop et est une composition entièrement instrumentale ; il déborde d’intrigue, de mystère et de tension, ce qui est parfait pour ce type de spectacle. Elle a également composé le thème de fin, « Hibari » par ASCA ; si vous êtes un fan de l’ancien groupe Kalafina de Yuki Kajuira, je vous recommande de regarder cette chanson car elle ressemble beaucoup à un morceau de Kalafina.

Le dub anglais a beaucoup d’acteurs de retour, dont Lucien Dodge dans le rôle de Waver/El-Melloi qui fait sans effort des voix masculines plus jeunes et plus âgées. Cependant, je suis déçu que toute la série se déroule en Angleterre, avec un grand nombre de personnages anglais, et pourtant le seul qui parle avec un accent anglais est un personnage de Finlande… cependant c’est une continuation de Fate Zero où également aucun des personnages ne sonnait comme d’où ils venaient, donc d’une certaine manière au moins, c’est cohérent avec son propre doublage.

La collection Blu-ray contient les 13 épisodes de la série, y compris “l’épisode 0” qui a été diffusé dans le spécial télévisé du Nouvel An du Fate Project six mois avant le début de la série. Il y a aussi une ouverture et une fin sans texte, des collections de PV et des aperçus Web.

Bien qu’elle se présente comme un mystère de détective, la série n’en est pas un bon exemple, en raison du manque de donner au public les outils nécessaires pour comprendre le mystère, combiné à de lourdes scènes de dialogue sur la tradition qui seront aggravantes pour certains. Les dossiers de Lord El-Melloi II [Rail Zeppelin] Note de grâce est mieux apprécié si vous êtes un Destin fan, avant tout, avec une soif de voir plus de monde en dehors de la guerre du Saint Graal.

Leave a Reply