Home Anime & Manga Le Parti communiste japonais ne revendique aucune contradiction dans l’opposition à la...

Le Parti communiste japonais ne revendique aucune contradiction dans l’opposition à la réglementation des anime et mangas – Intérêt

1
0
Rate this post


Le 6 octobre, le Parti communiste japonais (JCP) est devenu un sujet de débat lorsqu’il a mis à jour sa page politique exposant sa position sur la réglementation des anime et manga japonais avant les prochaines élections générales. La page a déclaré que bien que le JCP s’oppose à la catégorisation des mangas, des animes et des jeux en tant que « pédopornographie fictive » comme moyen de les réglementer, il perçoit un lien entre la pédopornographie fictive et les perceptions culturelles plus larges qui normalisent les abus sexuels sur enfants. Le JCP a noté que le Japon est considéré à l’échelle internationale comme un leader dans la production de pornographie enfantine graphique et a déclaré qu’il vise à protéger la liberté d’expression et la vie privée tout en œuvrant à la création d’une société dans laquelle « il n’est pas permis aux enfants de devenir la cible de abus et exploitation sexuels.”

L’une des réponses communes à la déclaration était la question de savoir si les deux positions se contredisaient, en particulier compte tenu de la politique historique du JCP. En 2010, les membres du comité du JCP ont voté contre une révision du projet de loi controversé sur le développement sain des jeunes à l’Assemblée métropolitaine de Tokyo afin de réglementer les représentations sexualisées de « jeunes inexistants ».

Dans une déclaration de suivi le 18 octobre, le JCP a affirmé que sa position actuelle n’était pas contradictoire. Une version traduite non officielle de la déclaration est ci-dessous :

Comme indiqué dans la section « 7. Femmes et genre » de notre document de politique, le JCP estime que la pornographie juvénile est la pire forme de « marchandisation sexuelle », ainsi que la pire forme d’abus et d’exploitation sexuels des enfants. Par conséquent, il doit être éliminé de la société.

Dans le même temps, comme indiqué dans la section “60. Culture”, nous nous opposons à tout mouvement visant à imposer des restrictions légales aux mangas et aux anime sous prétexte de restreindre la “pédopornographie”.

Le fait que la définition de la pédopornographie ait été remplacée par « représentations d’abus sexuels et d’exploitation sexuelle d’enfants » dans la politique « Femmes et genre » a amené certains à croire que nous avons modifié notre politique précédente sur la question de savoir si les expressions créatives dans les mangas et les l’anime devrait être soumis à des restrictions légales, mais ce n’est pas le cas.

Le Parti communiste japonais (JCP) a proposé que le terme « pédopornographie » soit remplacé par « représentations d’abus sexuels sur des enfants » pour décrire plus précisément les dommages réels qui se produisent (voir le procès-verbal du Comité des affaires judiciaires de la Chambre des conseillers, 17 juin 2014). Nous avons proposé cela du point de vue que les intérêts juridiques protégés par la loi sur l’interdiction de la pornographie juvénile (adoptée en 1999 et modifiée en 2004 et 2014) sont les libertés et la personnalité des vrais enfants. Il était nécessaire d’appliquer ces dispositions non pas à l’obscénité ou à des facteurs subjectifs, mais plutôt à une évaluation de la gravité du préjudice causé à l’enfant.

Il ne s’ensuit donc pas que notre politique « Femmes et genre » conduira à des restrictions légales sur les œuvres de création. À la lumière de la position actuelle du Japon au niveau international, nous appelons un large éventail de parties concernées à débattre de la question en profondeur. Nous espérons que la société parviendra à un consensus sur le fait de ne pas permettre aux enfants de devenir l’objet d’abus et d’exploitation sexuels.

Nous pensons que de telles discussions sont importantes pour les créateurs et les amateurs de manga, d’anime, de jeux, etc. afin de protéger leur liberté d’expression contre les restrictions légales promulguées sous le couvert de « restriction de la pornographie enfantine ».

Le membre permanent du JCP, Yoshiko Kira, a réitéré cette position lors d’une émission en direct sur Abema Prime le 20 octobre. contre les enfants disparaissent. Comment résoudre ce problème est quelque chose qui devrait être discuté entre les citoyens, y compris les créateurs. Sur le plan pratique, je pense qu’une façon de faire est d’utiliser le zonage pour que le matériel ne soit pas vu par les enfants ou le grand public. Si les gens parviennent à un consensus sur des choses comme « Ce genre d’expression est vraiment insipide » ou « Cela ne rapportera aucun profit », alors tous les créateurs cesseront de créer ce genre de contenu. »

Sources: ITMedia, Parti communiste japonais site Internet, Horaires d’Abema

Previous articleL’événement Halloween de Grand Theft Auto Online ajoute des tueurs en série et des voitures fantômes • Fr.techtribune
Next articleMeilleur ventilateur Raspberry Pi en 2021

Leave a Reply