- Publicité -


Le continent africain a le potentiel pour devenir l’un des principaux marchés de crypto-monnaie au monde. Le Kenya a la plus grande partie de sa population avec des crypto-monnaies en Afrique, selon un rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Le rapport indique que 8,5% de la population, soit 4,25 millions de personnes, présentent des crypto-monnaies dans le pays.

Cela place le Kenya devant les économies développées telles que les États-Unis, qui se classent au sixième rang avec 8,3 % de sa population possédant des appareils numériques. D’autre part, l’Ukraine déchirée par la guerre est classée en tête, avec une part de 12,7 % de sa population possédant des crypto-monnaies, suivie de la Russie (11,9 %), du Venezuela (10, 3 %) et de Singapour (9,4 %).

Marché de la cryptographie

Le rapport de la CNUCED attribue le classement élevé du Kenya à l’exposition du pays à l’effondrement en cours du marché des crypto-monnaies. Le marché de la cryptographie étant en pleine mutation, il reste à voir comment le Kenya se comportera dans les mois à venir. Cependant, pour l’instant, il semble que le pays soit le leader africain en matière de propriété de crypto-monnaie.

- Publicité -

Publicité

Selon la CNUCED, l’Afrique du Sud est le deuxième pays d’Afrique et le huitième au niveau mondial, avec 7,1% de la population qui possédait ou détenait des crypto-monnaies en 2021. Au Nigeria, qui est l’un des plus grands marchés de crypto-monnaie au monde, environ 6,3% de la population possède ou détient des cryptomonnaies. Cela signifie que sur la population du pays de 211 millions d’habitants, un peu plus de 13 millions étaient propriétaires de monnaies numériques en 2021.

Les données de la CNUCED montrent que le nombre de Nigérians qui ont investi dans les actifs numériques augmentera probablement dans les années à venir.

Pics de popularité de la crypto-monnaie au Kenya

La CNUCED estime que l’adoption des monnaies numériques au Kenya augmente en raison des faibles frais facturés par les échanges cryptographiques, de la rapidité avec laquelle ils peuvent envoyer des fonds et de l’accès Internet qui leur permet d’effectuer des transactions en ligne .

Selon le rapport, “le Kenya est devenu un leader en termes d’adoption et d’utilisation des monnaies numériques par ses citoyens”. Il a noté que “la crypto-économie s’est développée rapidement au Kenya, plusieurs citoyens ayant utilisé des monnaies numériques au cours de la dernière année”.

Les crypto-monnaies sont un sujet brûlant ces jours-ci. Ils ont fait une des journaux pour leurs fortes fluctuations de prix, leur potentiel en tant que nouvelle façon d’envoyer des fonds et même leur potentiel en tant que nouvelle forme de monnaie pour les pays en développement.

Mais maintenant, il y a un nouveau développement : les crypto-monnaies sont également utilisées par les personnes à revenu moyen des pays en développement touchés par l’inflation comme un moyen de protéger l’épargne de leur ménage.

Dans un rapport sur ses conclusions, la CNUCED a reconnu que les crypto-monnaies ont gagné en popularité car elles constituent “un canal attrayant par lequel envoyer des fonds”. L’ONU a également déclaré que les actifs numériques sont populaires parmi les personnes à revenu moyen des pays en développement, car elles les ont fournis comme un moyen de protéger leur épargne contre l’inflation.

Le rapport de la CNUCED révèle que si les crypto-monnaies peuvent permettre des paiements rapides et bon marché, leur utilisation présente également des inconvénients potentiels. Par exemple, si le prix d’une crypto-monnaie baisse de manière significative, cela pourrait entraîner une perte pour les investisseurs qui ont acheté l’actif numérique avec un prêt. De plus, étant donné que certaines crypto-monnaies ne sont pas encore largement acceptées comme moyen de paiement pour des biens et des services, il existe un risque que les gens les utilisent pour des activités illicites telles que le blanchiment d’argent et l’ évasion fiscale.

En plus de ces préoccupations concernant l’utilisation de la cryptographie et ses risques potentiels, la CNUCED a déterminé que “leur utilisation peut entraîner des risques d’instabilité financière”. Le rapport indique que la préoccupation principale est qu’en raison de leur intérêt et de leur profil à haut risque, les actifs cryptographiques sont susceptibles d’encourager la spéculation plutôt que l’adoption dans les environnements de vente au détail ou commerciaux.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici