Des artistes et chercheurs de manga et d’anime ont parlé de l’avenir des deux industries et partagé les difficultés auxquelles ils sont confrontés pour organiser des événements pendant la pandémie de coronavirus.

Le Festival international du manga anime s’est tenu en ligne vendredi et samedi.

Lors d’une session sur la façon d’organiser des événements à l’ère du COVID-19, le responsable d’un événement de vente de mangas auto-édités, a parlé des mesures nécessaires pour de tels événements.

Nakamura Kimihiko, qui organise les ventes sur place d’œuvres auto-éditées, a déclaré que tous les participants remettent leurs coordonnées et que de plus grands espaces d’exposition sont réservés afin d’observer la distanciation sociale.

Il a également noté que la propagation du virus a forcé l’annulation de nombreux événements et que cela entraîne des pertes financières pour les imprimeries.

Dans une session sur la situation hors du Japon, l’expert en manga Shiina Yukari, qui enseigne à l’Université des Arts de Tokyo, a évoqué l’augmentation rapide des ventes de mangas japonais aux États-Unis.

Elle a déclaré que les bandes dessinées qui ont été adaptées en tant qu’animes gagnent en popularité, car le visionnage d’anime augmente aux États-Unis grâce aux services de streaming.

Un service de smartphone originaire de Corée du Sud a été couvert lors d’une session, et dit être populaire dans les régions anglophones. En utilisant le service, les lecteurs peuvent faire défiler leurs écrans pour lire des mangas.

Un participant a déclaré qu’il y avait une chance pour les créateurs de mangas japonais de participer au service.

.

Leave a Reply