Les bêtes, et son meurtre-mystère-mafia-romance-mélodrame en roue libre, est de retour. La deuxième saison de l’anime très acclamé produit par le studio d’animation japonais Orange et basé sur le manga populaire du même nom de Paru Itagaki, a été créée sur Netflix en Amérique du Nord le week-end dernier après la fin de sa diffusion à la télévision japonaise en mars dernier.

Avec le retour du réalisateur Shinichi Matsumi (Steamboy, Terre de l’éclat), Les bêtes la saison 2 approfondit les relations et les arcs de sa distribution principale, avec le protagoniste Legoshi – stimulé par ses affections compliquées pour son camarade de classe herbivore Haru – se lance dans la tâche de traquer l’auteur du meurtre de Tem l’alpaga. Pendant ce temps, Louis le cerf, le rival de Legoshi pour les affections de Haru, quitte la Cherryton Academy pour poursuivre un voyage sombre et sinueux de découverte de soi en tant que nouveau patron des Shishigumi, la famille criminelle carnivore dont l’ancien chef Louis a tué à la fin de la première saison.

Sans doute, à part les personnages fascinants de l’anime et les intrigues émotionnelles byzantines, l’élément le plus fort de Les bêtes l’attrait est son animation. La qualité de l’anime 3D animé par CG dans son ensemble peut être assez aléatoire; pour chaque Terre de l’éclat ou alors Dorohedoro, il y a un Fantôme dans la coquille : SAC_2045 ou alors Ex-bras. Orange, cependant, a trouvé la formule pour créer un anime 3D CG convaincant avec le flair esthétique et la dextérité de l’animation 2D traditionnelle.

Cadre fractionné de Legoshi avec ses camarades de classe animaux anthropomorphes dans la saison 2 de Beastars.

Image : Orange

Les bêtes présente une civilisation moderne peuplée d’animaux anthropomorphes à la Zootopie ou alors BNA : tout nouvel animal, la société étant officieusement segmentée entre les espèces animales carnivores et herbivores. La majeure partie de Les bêtes se déroule à Cherryton Academy, l’un des rares internats au monde Les bêtes où herbivores et carnivores cohabitent.

Naturellement, avec autant de personnages et d’espèces à l’écran, la question devient de savoir comment animer toutes ces différentes variables d’une manière qui semble naturelle et divertissante sans paraître étrange ou mécanique en mouvement. Orange relève ce défi à travers une combinaison de plusieurs techniques ; La première consiste à concevoir chaque personnage pour qu’il se conforme à peu près aux mêmes proportions, sinon à la taille, que celles du personnage principal Legoshi. Le choix a un effet pratique : des conceptions similaires allègent la charge de travail qui serait autrement nécessaire à la création de nouvelles animations pour l’ensemble de la distribution des personnages de soutien. Orange utilise également la technologie de capture de mouvement pour enregistrer les expressions faciales et les performances physiques des acteurs de la série, permettant au personnel de créer des animations de personnages plus naturelles et nuancées.

Louis le cerf dans un costume mauve flanqué de Shishigumi a fait des hommes avec sa main tendue dans Beastars Saison 2

Image : Orange

Mais surtout, la beauté du CG réside dans le choix d’alterner régulièrement la fréquence d’images entre des scènes et des séquences sélectionnées tout au long du spectacle en fonction de ce qui se passe. Cela permet au spectacle d’imiter les nuances et la sensation de l’animation 2D dans certaines scènes, comme lorsque les personnages ont des conversations et se déplacent à travers l’arrière-plan, tout en mettant l’accent sur la douceur et la fluidité offertes par l’animation 3D dans d’autres, en particulier pendant les prises de vue panoramiques ou dynamiques rapides. séquences animées où les personnages se battent physiquement.

Dans des moments de choix, Orange intercalera également des rendus bidimensionnels de personnages et de cadres à certains moments de la série. Il est particulièrement visible lorsqu’il est utilisé pour représenter des personnages rarement récurrents qui n’apparaissent qu’à un ou deux moments de la saison, comme l’écureuil, l’élan et le chien vêtus d’une tenue d’affaires qui participent à une réunion du conseil destinée à décider du nouveau Beastar, ou le échanges en écran partagé entre les membres dudit conseil réunis au début du deuxième épisode.

Un échange d'images fractionnées entre plusieurs personnages animaux anthropomorphes, rendus en animation 2D et 3D

Image : Orange

Ces scènes existent non seulement dans le but pratique de réduire le temps et le travail nécessaires pour animer ces personnages en 3D uniquement pour que le public ne les revoie plus jamais, mais aussi pour dépeindre des réactions et des émotions qui auraient autrement l’air étranges ou inquiétantes si elles étaient rendues en 3D. . Nous le voyons à nouveau lors du point culminant du dernier épisode de cette saison, dans lequel Legoshi affronte le meurtrier de Tem. Sans entrer trop profondément dans le territoire des spoilers, Legoshi se tient voûté avec les poils de son corps hérissés d’une intensité violente, son museau dégoulinant de sang alors qu’il charge en avant pour un autre affrontement contre son adversaire. C’est une prise de vue impressionnante et mémorable, d’autant plus qu’elle s’intègre parfaitement à l’esthétique distincte de la série en cel-shading sans tenter de cacher le fait qu’elle est traditionnellement dessinée.

Ironiquement, de nombreuses productions d’anime 3D CG souffrent d’une dépendance excessive à l’égard de l’animation 3D avec peu de respect pour les principes de l’animation traditionnelle, tels que le rythme, la composition et la cinématographie. Même avec la capture de mouvement, les personnages se déplaceront comme des mannequins robotiques rigides avec des visages lisses en pâte à modeler mimant des fac-similés d’expressions humaines tout en se déplaçant sur des arrière-plans avec peu de sensation d’impact ou d’interaction perceptible. L’animation d’éclairage mal implémentée contribue également à ce sentiment d’étrangeté lors du visionnage de certains dessins animés en 3D, comme dans le cas de Fantôme dans la coquille : SAC_2045, avec des ombres se déplaçant de manière erratique ou disparaissant complètement.

Haru le lapin nain tient le visage de Legoshi le loup gris dans Beastars Saison 2.

Image : Orange

Outre les aspects techniques de la production en série, la force de les bêtes l’animation met l’accent sur un blocage, un rythme et un travail de caméra efficaces. Le détail stylisé des silhouettes et des expressions décontractées des personnages est impressionnant, l’animation détaillée des cheveux de Legoshi et de sa queue qui remue furieusement est particulièrement remarquable. Tout cela est dû à la direction habile de Matsumi, combinée aux conceptions de personnages impeccables de Nao Ootsu, qui élèvent Les bêtes au-dessus de ses contemporains animés par CG.

Bien qu’il n’y ait peut-être pas de scènes comparables à celle de la première saison ouverture animée en stop-motion fantaisiste avec l’aimable autorisation de Michiya Kato et produit par Dwarf Studio de Rilakkuma et Kaoru la célébrité, ni celle de Yoko Kuno superbe séquence d’animation peinte dans le septième épisode de la saison dernière, la deuxième saison de Les bêtes est néanmoins un témoignage étonnant de la façon dont l’anime animé par CG peut être réalisé et, surtout, bien réalisé.



Leave a Reply