Si vous connaissez déjà ce manga, vous saurez qu’il s’agit d’une série malheureusement de courte durée. En mars, il a été signalé que Je suis le serviteur des Catlords, qui a débuté en octobre 2019, publiera son dernier chapitre dans le numéro d’avril 2021 de G Fantaisie magazine. Le livre imprimé final sera le quatrième volume.

Cependant, ce n’est pas parce qu’une série est courte qu’elle n’est pas sans mérite. À la lecture de ce premier volume, il semble explorer un territoire familier d’une manière particulière. Je dirais que cette série est une interprétation inhabituelle du genre harem – et c’est inhabituel parce que, bien que la plupart des séries de harem voient un garçon entouré de filles ou vice versa, et parfois des harems de même sexe, celui-ci, je dirais, voit un personnage central entouré de personnages d’une espèce entièrement différente.

La série commence avec l’écolier Yukiharu Izumi. Ses parents sont décédés pendant des vacances et, pour aggraver les choses pour Yukiharu, il découvre que son père Shuu a contracté un prêt de 50 millions de yens avant sa mort. Parce que le prêt ne peut pas être remboursé, la maison dans laquelle vit Yukiharu est démolie. Cependant, Yukiharu apprend que Shuu lui a laissé les clés d’une autre maison, où vit une personne appelée Miyako.

Alors que Yukiharu arrive dans cette maison plutôt grandiose, il entend un bruit venant de l’intérieur. Il fait irruption et trouve cinq occupants qui se battent entre eux, dont Miyako, un homme bien habillé mais sévère. En fait, «homme» est le mauvais mot. Ces cinq individus étaient en fait les «animaux de compagnie» de Shuu, sous la forme de bakeneko – des esprits de chat métamorphosés, que les humains et les chats considèrent souvent comme des monstres, mais que Shuu a adoptés et soignés. Yukiharu se rend ainsi compte que le prêt que son père a contracté était d’acheter cette maison pour que ces esprits y vivent.

Comme la maison était un cadeau, les bakeneko n’ont pas l’intention de la donner à Yukiharu, mais ils lui proposent un marché: ils assumeront toutes les dettes que Shuu possédait, mais Yukiharu doit devenir leur serviteur. À contrecœur, il accepte, ce qui signifie qu’il doit attendre la main et le pied / la patte de ces cinq chats.

Miyako semble être le chef officieux du groupe. C’est un chat bleu russe qui travaille comme professeur de mathématiques sous sa forme humaine. Lorsque Yukiharu est transféré dans une nouvelle école, Miyako devient inévitablement son professeur principal, avec eux se faisant passer pour des cousins. Deux autres bakeneko de la maison sont des étudiants de sa classe. Il y a le chat noir Akira qui est toujours excité et qui apparaît souvent comme effrayant; et le tabby orange Susumu, un glouton qui était un Shuu errant sauvé. Les deux autres sont Kyou, un chat ragdoll qui, sous sa forme humaine, travaille comme hôte; et enfin Tohru, sur qui nous obtenons peu d’informations dans ce volume d’ouverture.

Le principal sentiment que vous ressentez en lisant Je suis le serviteur des Catlords est que même s’il ne semble pas être commercialisé en tant que tel, cela ressemble certainement à un manga de harem, et un rapide coup d’œil aux autres critiques de la série semble montrer des sentiments similaires. Il s’intègre dans les troupes de harem standard, mais au lieu de se concentrer sur des personnages de sexes différents, c’est un humain entouré d’esprits de chat, qui semblent tous être des hommes. C’est une idée amusante, et le créateur Rat Kitaguni (je suppose que ce n’est pas son vrai nom) a des designs de personnages sympas pour les versions humanoïdes du bakeneko. Ces conceptions changent également radicalement, car ces esprits ont leurs propres pouvoirs. Alors que dans leurs formes humanoïdes, leurs seules caractéristiques semblables à celles d’un chat sont normalement leurs dents; ils peuvent également se rendre plus puissants, auquel cas ils adoptent des caractéristiques plus traditionnelles de type catboy telles que des queues et des oreilles de chat, mais aussi des mains plus longues et des doigts en forme de griffes.

Comme pour toute série de harem, vous finissez par choisir vos favoris. À ce stade, mon préféré est Akira, principalement à cause de la comédie qu’il propose. Cela vient principalement de ce chat noir joyeux qui semble effrayant quand il veut faire des choses qu’il considère amusantes, comme vouloir jouer avec Yukiharu dans le noir ou lui offrir des souris en cadeau.

Malheureusement, comme souligné dans l’ouverture de cette revue, c’est une idée de courte durée. C’est une façon agréable et divertissante de changer ce que beaucoup pourraient considérer comme un genre terne, qui a besoin de quelque chose de nouveau pour le revitaliser. C’est également ennuyeux pour Yen Press, qui a annoncé avoir autorisé la série il y a six mois, et juste avant sa sortie, il a appris que la série avait été abandonnée.

En ce qui concerne la traduction, je ne suis pas tout à fait sûr de ce que je ressens concernant le choix d’Alexandra McCullough-Garcia de supprimer les accents des noms, car probablement Shuu est vraiment “Shū”, mais cela aide le lecteur avec la prononciation. Je ne suis pas non plus sûr de mettre les notes de traduction directement après le premier chapitre, ce qui signifie qu’elles expliquent des choses dans le livre qui n’ont pas encore été publiées et qu’elles apparaissent donc comme des spoilers mineurs. Cependant, j’aime bien le lettrage de Rochelle Gancio et l’utilisation de polices différentes pour véhiculer différentes ambiances, comme l’utilisation de polices de caractères plus audacieuses lorsque les personnages sont en colère.

Il sera intéressant de voir comment cela progresse, la fin de ce volume révélant ce qui semble être un antagoniste, mais en même temps cela va être teinté du sentiment que cette série ne va pas vivre tout son potentiel. l’auteur espérait probablement.

Leave a Reply