Tatsuki Fujimotode Homme à la tronçonneuse public choqué et ravi par son esthétique et sa narration élégantes. Avec la conclusion de la première partie du manga, nous avons interviewé Fujimoto sur la création du manga, ainsi que sur ses réflexions sur l’anime à venir.


HOMME TRONÇONNEUSE © 2018 par Tatsuki Fujimoto/Shueisha, Inc.

Quelle partie de la série et de l’histoire a été planifiée depuis le début? Les fans ont trouvé de nombreux indices subtils dans les premiers chapitres liés au tout dernier chapitre de la partie 1 (par exemple, Makima reconnaît les gens à leur odeur.)

Il y a des choses auxquelles j’ai pensé depuis le début, ainsi que des choses que j’ai ajoutées plus tard. Quand je créais Homme à la tronçonneuse, Je n’avais pas de plans spécifiques pour apporter des bénéfices aux mots qui ont un sens et aux choses qui me semblaient «off». Il y a plus de choses que j’ai laissées vagues afin de rendre la deuxième partie plus facile à faire. À cause de cela, il y a des tonnes de choses que je n’ai pas pu ramasser.

En raison de sa violence et de son humour noir, Homme à la tronçonneuse est souvent décrit comme un «manga Jump pas semblable à Jump». Comment avez-vous initialement lancé la série sur Jump?

J’ai toujours voulu sérialiser dans Jump. J’avais donc le sentiment que si j’y dessinais une sérialisation, il y avait un risque que mon travail soit enterré si je faisais un «manga de type Jump». Pour cette raison, j’ai essayé de conserver une grande partie de mon individualité en tant que créateur tout en ne faisant que la structure et les personnages ressemblant à des sauts.

De même, la structure et la sortie de la série sont assez différentes des autres séries Jump, qui sont généralement destinées à être publiées pendant des années. Bien que la partie 2 ait été annoncée pour fonctionner dans Jump +, il est toujours inhabituel de voir une série aussi réussie se terminer dans le magazine après seulement 2 ans. Qu’est-ce qui a conduit à cette décision?

Il se peut que je veuille que vous voyiez le prochain Homme à la tronçonneuse La partie 2 est complètement différente de la partie 1.

Vous avez fait de nombreuses mentions d’autres mangas dans les commentaires de l’auteur du magazine. Y a-t-il eu des mangas qui ont inspiré votre approche de Homme à la tronçonneuse?

Il y a tellement d’œuvres dont je me suis inspiré que je ne pourrais pas toutes les écrire ici. Quand je faisais des séries, j’étais extrêmement occupé, mais je me suis assuré de regarder autant de nouvelles choses que possible. Et j’ai aussi des souvenirs d’emprunts assez importants aux choses que j’ai vues.

Votre série précédente, Coup de poing, a couru en Jump + pendant 2 ans. Y a-t-il une grande différence dans le travail sur votre manga entre le magazine Web et le magazine papier comme Saut hebdomadaire Shonen?

Il n’y avait pas tellement de différence. Il y avait quelques représentations qui ont été arrêtées pendant la phase de brouillon, mais j’ai été autorisée à faire tout ce que je voulais en ce qui concerne la logique de l’histoire. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de différence entre Jump et Jump +.

Que pensez-vous de l’anime récemment annoncé? Quels aspects de l’art et de l’histoire avez-vous hâte de voir dans l’animation? Selon vous, quelles parties seraient difficiles ou difficiles à animer?

J’ai parlé aux personnes qui s’occupaient de l’anime. Je sentais que c’étaient des gens à qui je pouvais me sentir à l’aise de laisser les choses, donc je n’ai aucun souci. J’adore l’anime, mais je n’ai aucune expérience dans la réalisation, alors je leur laisse tout.

Avez-vous un message pour votre public étranger?

Mettre Homme à la tronçonneuse dans Avengers! Comme dans une catégorie R-18!

Leave a Reply