Lors de notre premier regard sur l’anime Great Pretender, nous étions très confiants sur le nouveau production originale par WIT Studio, le studio d’animation à l’origine de séries célèbres telles que L’attaque des géants e Saga du Vinland. C’est une œuvre fraîche, pétillante et colorée qui s’inspire clairement des pierres angulaires de l’industrie telles que Lupin III pour le style et les enjeux abordés, et qui est candidate comme l’une des séries les plus intéressantes de la saison estivale. Et cela représente le dernier parier dans le monde de l’anime du service de streaming Netflix.

Après avoir terminé la vision de la 14 épisodes disponibles sur Netflix à partir du 20 août 2020, voici notre avis sur la première partie de la série, en attendant les neuf derniers épisodes de Great Pretender arrivant le 21 septembre pour être suivis de la revue complète.

Les magiciens de l’arnaque

Les épisodes disponibles sur Netflix, également doublés en italien, couvrent le trois premiers arcs d’histoire – ou cas – dans la série, le quatrième et dernier étant au centre des neuf derniers. Bon prétendant il s’agit en fait d’un anime avec une structure épisodique, sans véritable intrigue sous-jacente, qui raconte les aventures d’un groupe d’escrocs expérimentés face aux victimes et aux situations les plus disparates. Tout commence quand Makoto Edamura, un jeune criminel japonais qui jongle avec les vols quotidiens et les escroqueries, est encadré par ce qu’il pensait être un touriste français sans méfiance et inexpérimenté, se retrouvant policier chez lui. Forcé de fuir, Makoto rencontre à nouveau le mec, qui se révèle être un arnaqueur expert nommé aussi. Laurent Thierry, et le suit à Los Angeles poussé par son désir de vengeance. Une fois dans la métropole américaine, cependant, le protagoniste découvrira qu’il est à nouveau la victime du criminel habile, s’impliquant dans une fraude contre le plus grand trafiquant de drogue de la côte ouest, qui masque ses activités illicites avec le travail d’un film. producteur. .

Après avoir rencontré les autres membres de l’équipe de Laurent, comme l’insouciant Abby et le charmant ivrogne Cynthia, le moment est venu pour “Edamame” – ainsi le malheureux protagoniste sera surnommé – pour se tester avec le monde des escroqueries de haut niveau.

Comme nous l’avons déjà souligné dans l’article sur les premières impressions, Bon prétendant est un anime avec une grande portée internationale.

Les épisodes suivants que nous avons visionnés ne font que confirmer cet aspect, ce qui en fait l’un des plus méritants de la production. Pas seulement pour les décors, qui vont de Los Angeles à Singapour en passant par l’Europe, mais surtout pour l’ambiance. Bon prétendant en fait il pourrait très bien s’agir d’une série télévisée occidentale du genre de la comédie policière déguisée en anime japonais, une fonctionnalité à laquelle ils contribuent citations de certains épisodes: dans un épisode il est fait explicitement référence au chef-d’œuvre Breaking Bad, dans un autre est même cité de manière ironique et surréaliste Mike Portnoy, le célèbre ex-batteur du groupe de metal progressif Théâtre du Rêve. Seule la bande originale, pleine de chansons chantées en anglais, est une autre des caractéristiques qui permettent un Bon prétendant être une série qui peut être appréciée par tout type de public, et pas seulement par les fans d’anime habitués à un certain type d’esthétique, de contenu et de valeurs de production.

Voleurs messieurs (et dames)

À partir des lieux qui viennent d’être exposés et du matériel promotionnel, il est immédiat d’approcher Bon prétendant à une série historique d’animation japonaise, Lupin III. Avec les différences nécessaires, le travail de Studio WIT rappelle clairement les aventures du gentleman voleur de Monkey Punch.

Nous avons en effet un groupe de protagonistes soudés et qui saisit immédiatement le spectateur, une mise en scène brillante et vivante et une narration épisodique qui voit nos héros à leur manière des «bourreaux», puisque les victimes de leurs habiles tromperies sont toujours des criminels ou des malhonnêtes enrichis aux dépens des autres.

Le ton général de la série est celui de comédie légère, qui ne se prend pas trop au sérieux, mais n’en manque pas moment le plus dramatique, sinon touchant, surtout dans les séquences qui plongent dans le passé des membres du gang. En limitant les spoilers au minimum, au fil des épisodes, on découvre le fond d’Edamame, la mystérieuse Abby et la belle Cynthia, tandis que le leader Laurent est porté disparu, qui sera presque certainement approfondi dans les neuf épisodes restants.

Bien que cela ne puisse certainement pas être qualifié de mémorable, le casting de Bon prétendant il est suffisamment bien caractérisé pour que le spectateur s’attache et se divertisse tout au long des épisodes, grâce à écriture brillante qui alterne habilement les tons plus clairs avec les plus graves.

Malheureusement, tout ce qui brille n’est pas d’or: à plusieurs reprises, les épisodes en souffrent problème de rythme et souvent l’anime met trop de viande sur le feu, luttant un peu pour tout gérer de manière optimale. Les problèmes dont ils souffrent les deux premiers arcs narratifsLegame à Los Angeles e Le ciel de Singapour – sans compromettre l’implication du spectateur.

Alors qu’ils sont entièrement absents dans le troisième, Neige sur Londres, qui jusqu’à présent est le meilleur de la série, grâce aussi au charme incontestable du sujet (le monde de l’art). Nous sommes convaincus que la quatrième et dernière sous-intrigue pourra continuer sur cette voie en donnant à Bon prétendant un point culminant digne et une fin digne.

Un japonais dans le monde

Dans les deux premiers épisodes Bon prétendant il a su nous impressionner aussi pour ses valeurs productives, grâce à un secteur technique d’un très bon niveau. Impression que nous pouvons à nouveau confirmer, nette de quelques petites bavures. La première chose qui vous frappe est le grand soin dans la reproduction des décors, avec de nombreux bâtiments et centres d’intérêt recréés dans les moindres détails: dans la partie située à Singapour, vous pouvez voir, par exemple, le Raffles Hotel (ici renommé «Rafflesia») et le parc spectaculaire Des jardins sur la baie, qui existent tous les deux. Les toiles de fond représentent donc l’une des plus grandes forces de l’appareil visuel de l’anime, grâce également au choix particulier de couleurs très chaudes et lumineuses, presque sous un voyage étonnant, qui ne se heurte en aucune façon à tout le reste et qui cadre très bien avec la vivacité du récit. Dessins et animations ils suivent main dans la main, mais malheureusement leur qualité n’est pas toujours constante, bonne sinon excellente dans de nombreux épisodes et peu plus qu’assez dans d’autres.

Un problème qui touche désormais plus ou moins toutes les productions d’animation pour la télévision japonaise et qui n’épargne même pas Bon prétendant, mais c’est un défaut qui n’affecte pas la jouissance de la série. En espérant ne pas le voir présent dans les neuf derniers épisodes.

Musicalement, nous en avons un bande-son variée, un thème d’ouverture purement instrumental qui s’inspire de ceux déjà mentionnés Lupin III et de Cowboy Bebop, et comment cerise sur le gâteau la fin qui voit la pochette comme une chanson d’accompagnement Le grand prétendant chanté par Freddie Mercury, qui est maintenant devenu célèbre parmi les fans (et pas seulement).

L’anime est disponible sur Netflix col doublage en italien, qui voit Marco Benedetti dans le rôle de Makoto Edamura et Mattia Bressan dans ceux de Laurent. Les voix locales sont excellentes, mais nous vous suggérons regarder au moins le premier épisode dans la langue originale avec sous-titres pour pouvoir mieux saisir l’ironie de la série concernant les différentes nationalités de ses protagonistes. Celui qui a terminé l’épisode sait de quoi nous parlons.

Leave a Reply