- Publicité -


Ce livre contient du contenu sexuel, y compris de la physiologie non humaine et est destiné à un public âgé de 18 ans et plus.

“Les serpents font des sacrifices vivants en échange de la prospérité. Tu ne dois jamais leur permettre de te mettre sous leur emprise, tu entends ? »

- Publicité -

Komazu, membre du clan des moineaux, vit une vie insouciante dans la forêt – peut-être un peu trop insouciante car un jour où il est parti chercher de la nourriture, une bousculade de sangliers menace de l’écraser. Sauvé à la dernière minute par un serpent blanc, il suppose qu’il va être mangé par son sauveur – mais le serpent n’est pas dans sa phase de faim et est en colère que Komazu pense même de cette façon.

Ils se retrouvent sous forme humaine lorsque Komazu trouve un kimono dans la rivière revendiquée par le serpent blanc; il semble qu’il le lavait mais il a été emporté en aval. Komazu est toujours sur la défensive, soupçonnant que le garçon serpent blanc envisage de le manger, mais il est fasciné par sa nouvelle connaissance dangereuse – mais à sa grande surprise, il est en colère, ses sentiments blessés par l’insinuation. “Savez-vous ce que cela fait d’entendre à quel point la nourriture que vous essayez de manger vous déteste ?” Lorsque le serpent blanc Shiratō retourne chercher son kimono le lendemain, Komazu l’a lavé et séché pour lui. Mais alors que les choses sont toujours tendues entre eux, Shiratō se fige soudainement – il a repéré un aigle et les aigles sont de mauvaises nouvelles pour les serpents et les moineaux. Unis par la peur d’un ennemi commun, ils apprennent à mieux se connaître… mais est-il prudent pour le moineau de baisser sa garde en compagnie du serpent blanc ?

La curiosité de Komazu pour son nouvel ami l’amène à poser des questions sur lui au marché forestier. Shiratō va le trouver et montre à Komazu le parterre de fleurs qu’il cultive, expliquant que chaque fois qu’il mange, il fait pousser des fleurs à partir de graines pour commémorer la proie qu’il vient de consommer. “Je suis un égoïste qui veut créer une nouvelle vie pour chaque vie qu’il prend.” Et Komazu commence à voir Shiratō sous un nouveau jour; les deux trouvent qu’ils ont beaucoup en commun, alors quand Shiratō emmène Komazu pour observer (à distance de sécurité) le festival de la récolte du riz au cours duquel les serpents font traditionnellement mûrir le riz, ils se saoulent avec un cadeau d’alcool que Komazu a apporté. Komazu perd toutes ses inhibitions, danse et chante (ce que font les moineaux pour attirer un compagnon) et fait une passe à Shiratō. Mais Shiratō – sous l’influence de la boisson – essaie de manger son ami moineau et horrifié, bat en retraite précipitée. Il semble que malgré leurs sentiments croissants l’un pour l’autre, ils ne pourront jamais être partenaires.

Dans le premier manga du mangaka Nna Natsuo (ils ont depuis produit des mangas shojo sous le nom de Hazuki Aoi), les personnages sont anthropomorphes en ce sens qu’ils peuvent passer de leurs formes animales, de reptiles ou d’oiseaux à des êtres ressemblant à des humains, tout en conservant certaines caractéristiques physiques liées à leur propre espèce, notamment les organes génitaux (modérément appelés ici « parties intimes »). C’est peut-être le premier manga Boys ‘Love que j’ai rencontré qui inclut la «physiologie non humaine» décrite de manière très détaillée en ce qui concerne le «contenu sexuel»; Nna Natsuo a évidemment fait ses recherches de manière approfondie (comme le confirme la postface détaillée). Si cela rend le manga inutilement clinique, c’est loin d’être le cas et ceux qui recherchent une relation sincère et romantique trouveront de quoi s’amuser ici.

Alors, comment fait-il Le serpent qui aimait un moineau travailler comme une pièce de narration, compte tenu de sa prémisse relativement unique explorant la possibilité de l’amour entre deux espèces différentes? L’œuvre de Nna Natsuo est dessinée de manière convaincante et attrayante, des versions humaines des personnages principaux à leurs serpents et oiseaux, avec des paysages forestiers évocateurs et la maison de la tribu des serpents contrastant avec le village du clan des moineaux. Les personnages principaux sont dépeints avec sympathie afin que le lecteur oublie la prémisse sous-jacente improbable et encourage leur relation au travail. La scène de la fête des récoltes et la légende de l’influence des serpents faisant mûrir le riz ont un côté folklorique qui ajoute au charme de l’histoire.

Le serpent qui aimait un moineau a été traduit pour Love x Love de Tokyopop par Katie Kimura qui a de nouveau livré une lecture fluide et agréable. La note Mature (18+) fait référence aux scènes de sexe qui, bien que méritées et consensuelles, sont néanmoins un peu ‘différentes’ pour les raisons expliquées plus haut. Comme pour les autres titres de la liste Love x Love de Tokyopop, cela est apparu en premier numérique avec le livre de poche à suivre le 21 février 2023.

Même s’il s’agit de l’histoire d’une relation inter-espèces, elle a une sensation intemporelle, comme un conte populaire japonais – et la relation entre Shiratō et Komazu est dépeinte de manière touchante, nous montrant que des personnes d’horizons très différents peuvent apprendre à se comprendre et même tomber amoureux, avec un peu de concessions des deux côtés.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici