- Publicité -


Ce manga comique court mais charmant, en partie basé sur des événements réels, contient des éléments que tout propriétaire de chat reconnaîtra immédiatement, bien que l’illustration puisse être un défi pour certains lecteurs.

Les nuits avec un chat a une prémisse simple. Fuuta a accueilli sa sœur étudiante P-chan comme colocataire, qui amène avec elle un chat de compagnie. Au début, Fuuta ne sait pas comment réagir face au félin, mais après trois jours, il devient obsédé par lui, remplissant son téléphone de photos de chats.

- Publicité -

Finalement, le chat s’appelle Kyuruga, ce qui signifie “Code QR”, car lorsque P-chan essaie de le prendre en photo, la fourrure de sa tête s’affiche de telle manière que son smartphone pense que la fourrure est un code QR.

Le manga se compose de plusieurs courts chapitres (l’un n’est qu’une seule page), de Fuuta en apprenant plus sur la façon d’interagir avec Kyuruga et les problèmes que le chat cause parfois.

Au niveau de l’histoire, il n’y a pas grand chose à dire Les nuits avec un chat, étant donné qu’il ne s’agit que d’un recueil de courtes bandes dessinées. Cela fait cependant un bon manga à plonger et à sortir, et il y a plusieurs rires en cours de route, comme lorsque Fuuta voit Kyuruga recroquevillé sous plusieurs formes, le faisant ressembler à une dinde rôtie ou à une limace. La postface du livre indique que l’incident du code QR est celui qui est arrivé à l’auteur Kyuryu Z et à son propre chat.

L’aspect le plus notable du manga est cependant l’œuvre d’art, qui, je pense, sera une pierre d’achoppement pour les lecteurs qui s’attendent à quelque chose de plus traditionnel dans le style manga. Les dessins des personnages sont la chose la plus remarquable, Fuuta n’étant représenté ni avec une bouche ni avec un nez, son visage se composant uniquement de ses cheveux et de deux grands yeux avec des pupilles massives. Les trois personnages de l’histoire ont ces yeux avec d’énormes pupilles, qui dans mon esprit rappellent plus les Moomins que tout ce que vous voyez dans les mangas. Personnellement, je n’ai pas d’objection majeure à ce style, et le visage minimaliste de Fuuta peut parfois fournir des gags supplémentaires, les détails exacts de son humeur devant être écrits dans de petites notes supplémentaires.

Rien ne semble aller mal avec la traduction de Stephen Paul, tandis que Lys Blakeslee adopte un style de lettrage intéressant, abandonnant le style normal de bande dessinée sans pour une police qui semble plus organique et ressemble à l’écriture manuscrite de quelqu’un.

La série a été adaptée en un anime qui a commencé à être diffusé au Japon au début du mois. Il n’est actuellement disponible sur aucun site Web de diffusion en anglais, mais vous pouvez regarder les épisodes japonais originaux sur le site officiel de l’émission. Youtube canaliser. Le deuxième volume (sur trois jusqu’à présent) doit sortir en septembre chez Yen Press.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici