- Publicité -


Plus tôt dans l’année, Kodansha a apporté Extase du diable à l’Ouest, une œuvre qui était la première série en plusieurs volumes de l’auteur Shuzo Oshimi. Maintenant, nous remontons encore plus loin dans le temps jusqu’à la toute première œuvre originale d’Oshimi – Avant-Garde Yumeko. Est-ce que ça impressionne ? Découvrons-le!

L’histoire suit Yumeko Mochizuki, une lycéenne de 15 ans qui, en feuilletant un magazine, tombe par hasard sur un article sur un rocher en forme d’organes génitaux masculins. Maintenant, elle a une fascination pour l’organe masculin et peu importe ce qu’elle fait, tout ce à quoi elle peut penser est d’en voir un pour de vrai. Sûrement, si elle en voit un pour elle-même, ses pensées ne seront pas aussi obstinées, n’est-ce pas ? Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire lorsque vous êtes un adolescent mineur à une époque où Internet et les smartphones ne sont pas répandus (cette série a été écrite en 2003, après tout).

Un jour, en réfléchissant à son problème, Yumeko tombe sur une librairie d’occasion où elle trouve un livre sur les poses nues. Les images sont utiles, mais trop petites et de mauvaise qualité pour satisfaire la curiosité de Yumeko. Trouver ce livre l’amène à l’idée que tout ce qu’elle doit faire est de trouver quelqu’un prêt à poser nue pour elle sous prétexte qu’elle travaille sur un dessin de nu.

- Publicité -

Le prochain arrêt est donc le club d’art de l’école, qui abrite actuellement un seul membre – Shoichi Honda. Il est ravi que quelqu’un veuille enfin rejoindre le club, en particulier une jolie fille comme Yumeko, mais son monde est sur le point de basculer lorsqu’elle lui demande de se déshabiller pour elle. Et même s’il est d’accord, une fois suffira-t-il à notre héroïne obsédée par le phallus ?

Comme toujours, Shuzo Oshimi prend la curiosité naturelle et la luxure que l’on trouve chez votre adolescent moyen et la compose jusqu’à onze, sans avoir peur d’affronter de front les sentiments que beaucoup d’entre nous ont pu avoir. Yumeko est moins fascinée par le sexe (bien que cela en fasse partie) et plus par l’inconnu, quelque chose que n’ayant pas elle-même, elle n’a pas facilement accès à voir. Comme toujours avec le travail de cet auteur, la véritable intention derrière ce qui se passe est évidente pour nous, les lecteurs, mais pas du tout pour les personnages, car leur vie devient de plus en plus désordonnée et désordonnée jusqu’à ce qu’ils le comprennent.

Le plus gros problème est que Yumeko et Shoichi sont des personnages assez plats, servant de dispositifs pour faire avancer l’histoire, plutôt que comme leur propre peuple. Shoichi en particulier est très fade, sa personnalité se résumant à être incapable de dire non à la première fille qui lui a jamais prêté attention. J’apprécie que ce soit difficile quand il n’y a que six chapitres pour raconter une histoire et, compte tenu de la prémisse, Yumeko doit être résolue dans ses intérêts, ne laissant pas beaucoup de place pour autre chose. Pourtant, je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est une histoire à laquelle Oshimi aurait rendu plus de justice maintenant qu’il ne l’a fait pour ses débuts. À tout le moins, ses derniers mangas en un seul volume réussissent mieux à accomplir beaucoup plus avec leur distribution ces jours-ci. Il est certainement rare que les personnages se présentent comme une seule note comme le font ces deux-là.

Cela dit, je suis quand même sorti de ça après l’avoir apprécié plus que, disons, Extase du Diable. C’est raisonnablement fondé pour ce que c’est et comme je suis un fan d’Oshimi, il est intéressant de constater que les choses que j’aime chez cet auteur ont toujours été présentes dans son travail. L’oeuvre est assez bonne, malgré un manque évident de finition. Il y a beaucoup de scènes tout au long du livre où les personnages sont hors modèle, couplés au problème général que les yeux de Yumeko sont un peu trop grands pour son visage. Mais les arrière-plans sont détaillés quand ils le doivent et Oshimi a trouvé des façons humoristiques de montrer l’obsession de Yumeko en montrant comment elle dessine tout le temps des objets en forme de pénis dans des œuvres d’art étranges et merveilleuses.

Yumeko d’avant-garde vient en Occident grâce à Kodansha via leur empreinte verticale et a été traduit par Winifred Bird. La traduction se lit bien sans problèmes de note. Kodansha a une autre des premières œuvres d’Oshimi, Doux bord de la piscine, devrait sortir en janvier 2023, donc si vous êtes fan de lui, il y a beaucoup plus à venir, aux côtés de ses travaux en cours.

Globalement, Yumeko d’avant-garde est un manga très unique d’un auteur qu’à ce stade, vous aimerez ou détesterez. Tout comme avec Extase du diable, Je ne suis pas convaincu que ce soit un bon point de départ si vous n’êtes pas familier avec Shuzo Oshimi. Cependant, les fans existants voudront voir où tout a commencé, et c’est une expérience divertissante même si elle est imparfaite.

Un aperçu gratuit du manga est disponible sur Le site Web de Kodansha ici.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici