“Les jeunes femmes sont traitées comme sacrées, ce qui n’a rien à voir avec la réalité de qui elles sont.”

cinéaste d’animation Mamoru Hosoda a déclaré la semaine dernière à l’Agence France-Presse (AFP) qu’il avait des problèmes avec la façon dont les femmes sont représentées dans les médias japonais, soulignant la tendance à les présenter comme “sacrées” et “rien à voir avec la réalité de qui elles sont”. Il a évoqué un “grand maître de l’animation qui prend toujours une jeune femme comme son héroïne”, et a commenté “Pour être franc, je pense qu’il le fait parce qu’il n’a pas confiance en lui en tant qu’homme. Cette vénération des jeunes femmes dérange vraiment moi et je ne veux pas en faire partie.” Bien que Hosoda n’ait pas nommé Hayao Miyazaki, l’AFP l’a identifié comme le sujet de la conversation.

Selon Hosoda, “Il suffit de regarder une animation japonaise pour voir à quel point les jeunes femmes sont sous-estimées et ne sont pas prises au sérieux dans la société japonaise.” Il a déclaré que dans ses œuvres, il cherchait à éviter de présenter ses héroïnes comme des parangons de “vertu et d’innocence”, ce qui représente pour lui “l’oppression de devoir être comme tout le monde”.

Il a discuté de ces questions de genre dans le contexte de son dernier film, Belle (Ryū à Sobakasu no Hime, littéralement “Le Dragon et la princesse aux taches de rousseur”). L’histoire suit une lycéenne de 17 ans, Suzu, qui devient une chanteuse virtuelle nommée Belle. Elle est introvertie et manque de confiance en elle, mais trouve du réconfort dans le monde virtuel.

L’interview a également abordé les représentations d’Internet, avec Hosoda qui souhaitait dépeindre le monde virtuel comme un environnement positif pour les jeunes. Il souhaite que la jeune génération se sente responsabilisée en ligne, affirmant qu’elle “a grandi avec le net… mais qu’on lui dit constamment à quel point c’est malveillant et dangereux”. Il a également critiqué les représentations dystopiques d’Internet comme dans Steven Spielberg‘s Prêt Joueur Un.

« Les relations humaines peuvent être complexes et extrêmement douloureuses pour les jeunes. Je voulais montrer que ce monde virtuel, qui peut être dur et horrible, peut aussi être positif. Il poursuit : « Les jeunes ne peuvent jamais s’en séparer. Ils ont grandi avec. Nous devons l’accepter et apprendre à mieux l’utiliser.

Hosoda a déjà exprimé des sentiments complexes à propos de Miyazaki. Dans une interview accordée à ANN en 2009, il cite le réalisateur acclamé comme son inspiration pour devenir un créateur d’animation, en disant : « J’étais, et je suis toujours, un grand fan des œuvres de Hayao Miyazaki. J’ai passé beaucoup de temps quand j’étais plus jeune à regarder ses films.”

Après avoir dirigé le Digimon Adventure: Bokura no War Game filmer à Animation Toei, il a été embauché par Studio Ghibli à diriger Le château mouvant de Howl, mais a quitté le projet et est devenu indépendant. Au plus tard entretiens, il a dit qu’il était parti parce qu’il ressentait trop de pression pour faire un film comme Miyazaki.

Belle ouvert au Japon le 16 juillet, et est le premier des films de Hosoda à recevoir des projections IMAX. GKIDS sous licence du film pour l’Amérique du Nord, et sortira le film en anglais et en japonais avec sous-titres anglais cet hiver.

La source: AFP passant par Infusion de dessin animé

Leave a Reply